RMC Sport

"Il y a de sacrés costauds!" en Top 14, tremble (un peu) Kaino, All Black de Toulouse

A peine deux semaines de présence à Toulouse, quelques jours d’entraînement cette semaine et le Néo Zélandais Jerome Kaino a fait ses premiers pas sous le maillot toulousain, vendredi en amical face à Pau à Gaillac (victoire du Stade 26-21). Bien conscient de l’attente qu’il suscite et décidé maintenant à s’attaquer au Top 14.

Jerome Kaino, que diriez-vous de vos premiers pas en France?

C’est super depuis que je suis arrivé. L’aide du club a été précieuse, on m’a laissé le temps de m’installer. Et tout le monde à Toulouse a été sympathique avec moi. Tout le monde au club, lorsque j’ai rencontré les gars de l’équipe et le staff, a été incroyable. Et en plus, lors de mon premier match avec le maillot de Toulouse, on gagne. J’aime ça.

Vous avez joué toute une mi-temps, qu’en retirez-vous ? 

C’était bien! Bon terrain, bon endroit, des supporters qui se déplacent. C’est une bonne première! Même si personnellement, je ne pense pas avoir très bien joué. J’ai fait quelques fautes, je dois encore apprendre les plans de jeu de l’équipe pour aider les gars. Mais j’ai aimé. C’est génial d’être là. 

Etes-vous prêt pour le début du Top 14 la semaine prochaine ?

Je suis prêt! Peut-être que je devrais prendre un peu de poids parce qu’il y a de sacrés costauds au sein du championnat (sourire) ! Plus sérieusement, je prends du plaisir et j’espère en faire de même la semaine prochaine

Vous connaissez les attentes de la part du club ou des supporters autour de votre personne ? 

Oui, il y a beaucoup de pression. Mais c’est ce que je suis venu chercher. Un nouveau challenge. Je suis prêt. 

Que connaissez-vous du Top 14 ? En avez-vous parlé avec votre compatriote, le pilier Charlie Faumuina ? 

Non, non, ça fait longtemps que je suis un grand fan du rugby français. Depuis longtemps beaucoup de joueurs sont venus de Nouvelle-Zélande pour jouer ici, que ce soit à Paris ou à Toulouse. Donc on a toujours eu un œil sur le Top 14. Donc j’en sais déjà pas mal. Notamment que ça va être physique et qu’il faudra être prêt. 

Quels sont vos buts en venant ici ? Être champion ? Goûter à une autre façon de vivre qu’en Nouvelle Zélande ?

Mon premier but est de parler français. Donc je veux vraiment, vraiment apprendre votre langue. Ce qui n’est pas chose facile donc c’est un défi pour moi. Mais une de mes plus grandes ambitions est de remporter le championnat avec Toulouse. Continuer ma carrière et apporter de l’expérience à une jeune équipe. Apprécier ce qu’on fait ensemble même si on accède à des titres en gagnant et en s’appropriant la culture de la gagne. Donc j’espère vraiment être champion. 

Vous savez que Toulouse est l’ancien club de Thierry Dusautoir, que vous avez souvent affronté avec les All Blacks ?

Oui, bien sûr. J’ai gardé des rapports de proximité avec Thierry. J’espère le voir bientôt ici. Mais bien sûr que je sais qu’il a joué ici. 

Wilfried Templier