RMC Sport

Lucien Simon: "Boudjellal a été d’une très grande correction"

Lucien Simon

Lucien Simon - RMC SPORT

INFO RMC Sport - Lucien Simon ne succèdera pas à Mourad Boujdellal à la présidence du RC Toulon. L’avocat, qui travaillait sur un projet de reprise avec Gérard Barba, s’y attendait depuis quelques jours. Et salue « la grande correction » de Boudjellal comme il l’a expliqué à RMC Sport.

Lucien Simon ne sera donc pas le prochain président du RCT. Mourad Boudjellal a en effet annoncé, ce mercredi en conférence de presse, qu’il allait rester aux commandes du club varois qu’il détient désormais depuis dix ans. Et à vrai dire, on le sentait venir depuis quelques semaines. « Pour moi, ce n’est pas une surprise, a reconnu de son côté Lucien Simon à RMC Sport. On se parle tous les jours depuis six mois. On s’est parlé quatre fois hier, encore deux fois ce matin. Il ne m’a pas fait à la Hitchcock. En conférence de presse, il a été très sincère. Il a envisagé des mesures dont nous avions un peu discuté tous les deux (l’ouverture du capital aux socios et l’entrée en bourse). »

« Il est resté clair jusqu'au bout »

Evidemment, Lucien Simon, ancien président du club d’Aix-en-Provence, aurait aimé une autre issue pour reprendre un club qui lui est cher. « Mais j’insiste sur un point important : Mourad a toujours été d’une très grande correction. Beaucoup de gens aimeraient que je dise autre chose mais il a vraiment été d’une grande correction. Il hésitait et il a basculé d’un côté. »

Depuis plusieurs mois, Simon s’était lancé avec Gérard Barba, un Français expatrié aux Etats-Unis aux moyens financiers conséquents, dans la reprise du club varois. Finalement, Mourad Boudjellal a finalement revu ses plans. « Il m’avait appelé voilà quelques mois pour me dire qu’il envisageait de partir, et m’avait demandé dans cette hypothèse si je pouvais mettre en place une reprise. J’étais assez flatté qu’il me dise que j’étais pour lui le meilleur repreneur. On a fait un travail certain mais Mourad ne nous jamais fait pas un coup pas clair depuis le début. Il est resté clair jusqu’au bout. La décision lui appartenait. Il envisageait de partir et pensait que j’étais le mieux placé pour lui succéder par mon histoire et ma connaissance du rugby. Il fallait que je trouve un partenaire financier pour m’accompagner dans ce projet et je l’ai trouvé (Gérard Barba). »

« Il avait envie de prolonger »

Pourquoi alors Boujdellal n’est-il pas allé au bout de ce projet de vente du RCT ? L’homme fort toulonnais, qu’on disait usé, a visiblement retrouvé de l’énergie. « Depuis quelques semaines, il y a eu quelques bonnes nouvelles pour lui : la non-amende du club pour le salary-cap, le procès gagné contre Virimi Vakatawa et l’arrivée de Bernard Laporte, avec qui il partagé des choses exceptionnelles, à la présidence de la FFR. Son univers rugbystique est un peu plus gai aujourd’hui et il avait envie de prolonger. »

Bien plus, en tout cas, qu’après sa non-élection au comité directeur de la LNR début octobre qui avait beaucoup marqué Boudjellal. Un comité où siège en revanche Simon depuis six ans : « Je l’avais mis un peu entre parenthèses et j’ai été élu mardi dernier. Je vais aussi continuer à aller voir des matchs du Rugby Club Toulonnais. » Quid de l’avenir de Gérard Barba ? Pourrait-il investir dans un autre club. Non, selon Lucien Simon. « Moi, je suis né au rugby à Toulon et j’ai grandi à Aix, dit-il. Je ne vais pas aller me balader sur différents clubs. L’histoire avec Gérard, c’était tous les deux. Ce n’est pas suffisamment un passionné de rugby pour débarquer et dire qu’il va investir dans tel club ou dans tel club. »

A lire aussi >> Boudjellal: "Le président qui signera Goosen est un salopard"

Jean-François Paturaud