RMC Sport

Top 14: Brive se rapproche du maintien

Brive a battu La Rochelle

Brive a battu La Rochelle - AFP

En battant La Rochelle ce mardi en match en retard de la 22e journée du Top 14, Brive a fait un grand pas vers le maintien. Même si le manager du club corrézien, Jeremy Davidson, reste prudent.

Brive, sous pression après sa défaite face au Stade Français, a fait un grand pas vers le maintien en signant une victoire bonifiée face à une équipe mixte de La Rochelle (24-12), ce mardi en match en retard de la 22e journée de Top 14. Soulagés, les hommes de Jeremy Davidson ! Avec désormais dix points d'avance au classement à trois journées de la fin sur le barragiste Bayonne, la sérénité est revenue en Corrèze.

En appuyant sur leur point fort du jour, les ballons portés, ils ont pris le dessus sur le dauphin du Top 14, venu avec des seconds couteaux dont cinq jeunes débutants dans l'élite en prévision de la finale de Coupe d'Europe contre Toulouse, mais avec une grosse envie d'en découdre trois jours après sa défaite à Montpellier.

Ce mixage entre jeunes pousses et rares cadres a tenu une demi-heure, la première, avant de rompre deux fois avant la pause avec deux cartons jaunes récoltés (Wiaan Liebenberg et Thomas Ployet) et deux essais concédés. Le premier de pénalité (31e) après une pénaltouche finissant dans son enbut, le second en force signé Kitione Kamikamica sur une pénalité à cinq mètres rapidement jouée en doublé supériorité numérique (17-6, 37e).

Davidson: "Le maintien n'est pas encore fait"

Avant cela les hommes de Jono Gibbes ont exercé un pressing agressif faisant déjouer leurs hôtes, plusieurs fois fautifs et sanctionnés par deux pénalités de Jules Plisson. L'indiscipline briviste est revenue à la reprise et les Rochelais se sont rapprochés au score avec deux nouvelles pénalités de Plisson, mais aussi deux échecs avant l'heure de jeu qui auraient pu faire douter les locaux. Au lieu de ça, ces derniers ont été chirurgicaux en inscrivant un troisième essai, toujours par Kamikamica (60e) sur le seul réel temps fort du deuxième acte, synonyme de bonus offensif.

"Gagner contre La Rochelle avec cinq points, trois jours après avoir joué le Stade Français dans les premières chaleurs, tout ça après une période de Covid, je pense que c'est un résultat positif, même si ce n'était pas la grosse équipe de La Rochelle, a estimé le manager briviste Jeremy Davidson. Ils se sont battus jusqu'à la fin. Nous, on était un peu crispé. On ne voulait pas perdre ce petit point de bonus. Ils ont pris deux cartons jaunes parce qu'on les a dominés. Mes joueurs avaient un bon rythme, une bonne maîtrise. On a maintenant 50 points. Le maintien n'est pas encore fait. On a fait la plupart du boulot, mais il y a encore trois matchs."'

LP avec AFP