RMC Sport

Top 14: "C'était un rêve d'enfant", Ouedraogo savoure après le titre du MHR

Champion de France pour la première fois avec Montpellier après la victoire face à Castres, Fulgence Ouedraogo a bien fêté la consécration avec les supporters, jusqu'à en perdre sa voix, comme il l'a confié sur RMC.

Le sourire est toujours de mise à Montpellier. Au lendemain du premier titre de champion de France du MHR face à Castres, les joueurs de Philippe Saint-André ont été accueillis en héros par leurs supporters, à commencer par Fulgence Ouedraogo. Le troisième ligne français, qui prend sa retraite à l'issue de la saison, est toujours sur son nuage.

"C'est quelque chose de grand, c'était un rêve d'enfant. Ramener un Bouclier de Brennus sur la place de la Comédie, j'ai toujours rêvé de ça. C'est un moment exceptionnel. Cette finale était incroyable, a confié le néo-retraité au micro de RMC. Dominer une finale comme ça, c'était inespéré pour nous. C'est la force de ce groupe. L'an dernier, c'était compliqué pour nous mais on s'est battu pour le maintien jusqu'à la fin. On a eu le titre au Challenge Européen et cette année, la consécration suprême avec ce groupe."

>> Revivez la finale Castres-Montpellier

Capelli se trompe de train

Une belle récompense pour Fulgence Ouedraogo, qui a assisté au sacre de ses coéquipiers depuis les tribunes du Stade de France, n'ayant pas été placé sur la feuille de match par son entraîneur en raison de la forte concurrence à son poste. "C'était un honneur pour moi d'être présent et soulever ce Bouclier de Brennus. C'était une semaine compliquée pour moi personnellement, c'était difficile de vivre à côté du groupe et de ne pas profiter de ce match-là. J'ai voulu travailler pour l'équipe et aujourd'hui on est tous contents", savoure-t-il.

La fête a été belle sur les Montpelliérains, un peu trop même. Et une personne manquait à l'appel: Mickaël Capelli. Le deuxième ligne du MHR a pris le mauvais train et s'est retrouvé... à Lyon. "Il y avait deux trains. 59 mecs sont montés à gauche et le 60e est monté à droite", se remémore Jean-Baptiste Elissalde au micro de RMC.

AS avec Julien Landry