RMC Sport

Toulon: Collazo a pensé à partir mais veut se battre

Patrice Collazo a confirmé ses doutes durant la saison compliquée et la huitième place de Toulon en Top 14. Mais le manager du RCT compte bien redresser la barre en 2021-2022 et redonner du sourire au peuple toulonnais.

A l’heure où Biarritz fait polémique à cause du derby basque contre Bayonne et que les demi-finales de Top 14 approchent à grands pas, la saison du RCT est déjà terminée. Seulement huitième du classement à l’issue des 26 journées de championnat, Toulon a déçu et ne s’en cache pas. Présent face à la presse ce lundi, le président Bernard Lemaître et son manager Patrice Collazo, sous contrat jusqu'en 2025, ont tiré le bilan d’un exercice compliqué et fixer le cap pour 2021-2022.

"Je suis marqué d’avoir cette image et d’avoir rendu des gens tristes, a confié le manager du RCT avant de balayer un éventuel départ. Je me suis posé la question (de partir) mais après j’ai basculé dans l’autre sens. Je me suis dit que cela ne pouvait pas s’arrêter comme cela, ici. Surtout quand on est d’ici. Le président prendra des décisions, je l’accepte mais ce qui est sûr c’est que j’irai jusqu’au bout. Tant que je n’aurais pas gagné, je ne serais pas heureux à Toulon. Je peux le dire, je ne suis pas heureux à Toulon car Toulon ne gagne pas."

Collazo: "Le premier fautif c’est moi"

Maintenu malgré l’échec sportif du club varois en Top 14, le technicien veut redresser la barre malgré quelques doutes sur son propre avenir. Visiblement très touché par les ratés de son équipe, le Seynois et enfant du RCT a joué franc jeu.

"C’est facile de dire que ce sont les joueurs, a également lancé Patrice Collazo. Non, le premier fautif c’est moi. Cela veut dire que le cadre que j’avais mis autour de cette équipe n’était pas foncièrement adapté à eux sur toute la saison. Il l’a été par moments. […] Cela veut dire que l’année prochaine il faudra changer beaucoup choses."

Collazo ému par la tristesse des Toulonnais

Afin de renouer avec dynamique positive, le RCT a également annoncé de plusieurs joueurs comme le Rochelais Lopeti Timani ou encore les demis de mêlées Julien Blanc (Brive) et Jules Danglot (MHR) ainsi que le très prometteur ailier fidjien Jiuta Wainigolo. Mais plus que des bouleverser l’effectif, Patrice Collazo espère donner un nouveau souffle au club après une saison dure pour tout le monde à Toulon.

"Je suis marqué par cette saison. Je suis marqué parce que je place les relations humaines au-dessus de tout. Quelque part on en a manqué cette saison, a encore estimé le manager du RCT face à la presse. Je suis marqué parce que je suis de Toulon. J’ai un certain idéal de ce que doit être Toulon, une image qui n’est pas forcément la même pour tout le monde. Mais oui, je suis marqué. C’est pour cela qu’il me tarde de recommencer. J’entends et je vois les critiques, je vois aussi ce que l’on a rendu sur le terrain. Je vois aussi les gens que l’on a rendu malheureux."

Et de conclure en cherchant à tirer du positif de cette saison à oublier: "Je vois aussi le manque de respect qu’il peut y avoir envers le président ou nous. Je suis marqué mais pour moi cela ne sera pas une intersaison comme les autres, a enchaîné l’ancien pilier formé au RCT. Depuis que j’entraîne, c’est peut-être celle où j’ai le plus appris. C’est peut-être aussi celle où j’ai eu le plus mal."

JGL avec Clément Brossard