RMC Sport

Toulon, Jonny Wilkinson : ''Peut-être qu’il y a des décisions à prendre''

-

- - -

L’ancienne gloire du RC Toulon, Jonny Wilkinson,  est revenue au micro de RMC Sport sur le début de saison raté des Varois, déjà battus à trois reprises après cinq journées de Top 14, et qui reçoivent Clermont dimanche (16h15).

Jonny Wilkinson, quel regard portez-vous sur les difficultés actuellement rencontrées par le RCT ?

C’est toujours difficile. Je ne suis pas dans le club donc c’est compliqué pour moi de commenter ce qui se passe. Il y a des joueurs magnifiques, un entraîneur magnifique mais ça ne marche pas parce qu’il y a un blocage. C’est une question de communication. Avec les valeurs de cette équipe, je sais que tout le monde se donne à 100 % tout le temps. Si ça ne marche pas, ce n’est pas parce que les gens sont mauvais. C’est peut-être qu’il y a des décisions à prendre pour que tout s’aligne bien.

Ce sera donc à Mike Ford, que vous avez recommandé, de faire en sorte que tout s’aligne bien justement...

Je ne l’ai pas recommandé. Je ne suis pas dans la situation de Toulon et je ne veux pas dire quelque chose qui va coûter cher à quelqu’un d’autre. C’est pour ça que quand j’étais entraîneur l’année dernière, le recrutement, ce n’était pas pour moi. Mike Ford est un bon entraîneur, je le connais. J’ai passé pas mal de temps avec lui. Il va tout donner, bien sûr. Mais ce n’est pas à moi de dire qui doit venir ou pas. Si ça ne tenait qu’à moi, je garderais exactement le même groupe et on continuerait le travail. Mais le problème dans le sport, c’est la pression pour obtenir des résultats très vite. Il y a des décisions qui sont prises vite et après, elles ont des répercussions. Ce n’est pas pour moi ça. Mike Ford est bien mais Diego (Dominguez, ndlr) est magnifique aussi, tout comme Jacques Delmas et Marc Dal Maso. Après quelqu’un doit prendre une décision, c’est fait.

A lire aussi : Mike Ford devrait commencer la semaine prochaine

Vous dites l’avoir bien connu…

Je l’ai connu pendant ma carrière en Angleterre. Il a fait des très bonnes choses avec Bath. Mais ce sont aux joueurs et aux entraîneurs de faire un travail sur eux-mêmes. C’est difficile, il y a beaucoup de pression. J’ai connu ce stress et cela m’a coûté cher aussi.

Et Jonny Wilkinson entraîneur de Toulon dans un proche avenir ?

Non. En ce moment, je ne vois pas les choses comme ça. Maîtriser un groupe, le gérer, être le manager d’un groupe, essayer de lutter pour le titre, ce sont pour les autres. C’est quelque chose que je n’ai pas. Et en plus, je n’ai pas la passion pour le faire.

Propos recueillis par Jean-François Paturaud