RMC Sport

France-Ecosse: "Cette victoire veut dire beaucoup pour nous", les Ecossais savourent

L'Ecosse a battu le XV de France sur le fil vendredi (27-23), dans le dernier match du Tournoi des VI Nations. Un résultat important pour les Ecossais, qui savourent un scénario fou.

La joie est immense dans les rangs écossais, après le succès arraché sur le fil contre le XV de France vendredi (27-23), pour le dernier match du Tournoi des VI Nations. C'est la première victoire de l'Ecosse sur le sol français depuis 1999, et elle intervient dans un match reporté en raison d'un nombre important de cas de coronavirus dans les rangs tricolores, sur fond de polémique.

"On savait qu'on pouvait les surprendre et on est tous vraiment ravis, se réjouit Stuart Hogg. On a travaillé dur, on était concentrés sur le fait de faire la différence en attaque. Je suis incroyablement fier des gars. On a joué pour nous-mêmes: on voulait cette victoire plus que n'importe qui, c'était un vrai défi. On croyait en nos capacités. C'est juste le début de quelque chose de grand. Pour moi, il n'y a pas de meilleur feeling que de gagner avec un maillot de l'Ecosse."

"C'était un match épuisant"

Cette victoire prive les Bleus d'un possible sacre. Les Français ont semblé émoussés durant une bonne partie de la rencontre, avec notamment cette première demi-heure ratée. "Je ne sais pas si on était plus frais que les Français, on a tous les deux joué deux matchs en deux semaines. On a une équipe en forme et on a fini fort les 20 dernières minutes, avec un bel impact du banc. C'est incroyable de battre un record mais trois (victoires historiques en Angleterre, au pays de Galles et en France, NDLR)... Cela montre la qualité de l'équipe et des joueurs", note le sélectionneur Gregor Townsend.

"On s'est battus pour ça. On a un super esprit, on est très unis. Cela montre aussi l'état d'esprit de cette équipe, insiste-t-il. Cette victoire veut dire beaucoup pour nous, pour l'Ecosse. C'était un match épuisant, qui nous a demandé beaucoup à nous les coachs, alors imaginez les joueurs..." La nuit promet d'être longue.

A.Bo avec AFP