RMC Sport

VI Nations: Sans briller, l'Irlande lance son tournoi avec une victoire face à l'Écosse

Pragmatique mais pas étincelante, l'Irlande est venue à bout de l'Écosse (19-12) pour son entrée en lice dans le Tournoi des VI Nations, grâce à la réussite de son capitaine Jonathan Sexton.

C'est une victoire comme l'Irlande sait si bien les faire: sans grand relief, mais avec un pragmatisme qui lui est propre. Opposée d'entrée à une Écosse accrocheuse, le XV de trèfle s'en est sorti avec le minimum syndical mais le plein de points (19-12). Une réussite clinique incarnée par un homme, Jonathan Sexton, fraîchement nommé capitaine du XV de trèfle et auteur de tous les points de son équipe. 

Stuart Hogg a raté l'impossible

Le XV du chardon, qui a manqué de réalisme sur ses temps forts, repart avec le point de bonus défensif d'un stade où il n'a plus gagné depuis 10 ans. L'Écosse risque de ruminer toute la nuit et peut-être même au-delà l'essai tout fait raté par Stuart Hogg à la 50e minute, qui a inexplicablement lâché le ballon au moment d'aplatir en coin, alors que le score n'était que de 13-6.

Une action amère pour le nouveau capitaine écossais et qui, si elle ne peut être qualifiée de tournant du match, est au moins une belle illustration de la prestation écossaise où des erreurs, souvent évitables, sont venus systématiquement gâcher les belles envolées.

Généreux et hargneux en défense, les hommes de Gregor Townsend ont eu les munitions pour repartir avec mieux que ce lot de consolation. Et, en dépit d'une grosse prestation du troisième ligne aile Amish Watson, par exemple, il est difficile de ne pas se dire qu'il a manqué la petite étincelle de talent d'un Finn Russell écarté pour son indiscipline lors du camps d'entraînement avant le Tournoi.

Une copie propre pour l'Irlande

En face, l'Irlande a produit une prestation qui a beaucoup rappelé celles de l'année dernière, dont elle ambitionne pourtant de se démarquer en améliorant son jeu d'attaque. Il a encore parfois paru un peu stéréotypé, même si elle a inscrit le seul essai du match par Johnny Sexton, à la conclusion d'une combinaison parfaitement effectuée sur un ballon à cinq mètres de la ligne adverse (7-3, 11e).

La grande force des Verts et ce qui a fait la différence sur ce match, a été de ne jamais commettre d'erreur flagrante. Cela lui a permis de résister dans le final à la furia des Écossais, stoppés à quelques centimètres de la ligne à trois minutes de la fin, même si sa défense acharnée a parfois été très limite.

Mais pouvait-on vraiment attendre autre chose pour le premier match à la tête d'Andy Farrell, "M. Défense", à la tête de l'Irlande ? Probablement pas. Après tout, il avait averti avant le match que si doter son équipe d'un jeu offensif plus séduisant - sans céder sur l'efficacité - était un objectif à moyen terme, il était important de gagner des matches pour travailler dans la sérénité.

Un choc Irlande-Galles en approche

La froide efficacité de Sexton, qui a inscrit les 19 points de son équipe pour fêter sa première avec le brassard de capitaine, lui donne ce temps même si la visite des Gallois, qui ont impressionné en écrasant la pauvre Italie (42-0) le week-end prochain, risque d'être d'un tout autre niveau. 

L'Écosse, elle, ne se satisfera sans doute pas des commentaires compatissants et sympathiques sur un match qu'une fois de plus elle aurait pu gagner, mais qu'elle a perd. Dans une semaine, à Murrayfield et face l'Angleterre, c'est déjà la tonalité de tout son Tournoi qui sera en jeu

La rédaction avec AFP