RMC Sport

XV de France: à un mois de la Coupe du monde, une équipe se dégage

-

- - Icon Sport

Le staff des Bleus a choisi la continuité pour le deuxième match de préparation en Ecosse (samedi, 14h10). Quatre changements seulement qui montrent qu’une ossature est en train de se dégager. Avec une charnière inchangée mais un nouveau buteur. Explications en quatre points.

Une équipe se dégage

Alors que le sélectionneur Jacques Brunel avait annoncé que "tout le monde jouerait", cette composition d’équipe confirme que certains joueurs ont un temps d’avance. Il y aurait eu débat au sein du staff, mais le peu de temps de préparation et un adversaire potentiellement plus dangereux samedi ont eu raison d’un turn-over toutefois jamais évoqué clairement par les coachs. Car sur les quatre changements, deux sont déjà dictés par une blessure (Cros) et une citation (Gabrillagues entendu ce mardi à Londres), même s’il n’est pas illogique de voir Lambey et Iturria débuter au vu de leur statut.

Trois "réservistes" seulement seront sur la feuille en Ecosse, à savoir Ollivon en 3e ligne et Baille et Taofifenua sur le banc. C’est un signe fort de voir le premier, excellent samedi dernier, débuter à nouveau. Ollivon, joueur complet, s’installe et il va falloir être fort pour le bouger. De son côté et comme prévu, Guilhem Guirado reprend son poste au talon et le capitanat. Après le forfait de Doumayrou (son remplaçant, Vakatawa, arrive demain) la paire de centres Fofana/Fickou a mis la main sur le milieu de terrain bleu. Et sans surprise, Penaud est un titulaire indéboulonnable.

Une charnière confirmée... mais un nouveau buteur

Antoine Dupont et Camille Lopez, charnière alignée samedi dernier à Nice, ont dans l’ensemble rempli leur rôle. Ces deux hommes, sont à l’heure d’écrire ces lignes, les deux titulaires pour la Coupe du monde aux yeux du staff. Toutefois, le demi d’ouverture clermontois (23 sélections) a pêché dans son jeu au pied et surtout dans ses tentatives de tirs aux buts (50% à trois sur six). Insuffisant au niveau international. Faut-il y voir une des raisons de la titularisation de Thomas Ramos, buteur fiable, à l’arrière? C’est plus que probable.

Seulement, le Toulousain pousse son coéquipier en club Maxime Médard sur le banc, ce qui avait déjà été le cas pendant le dernier Tournoi des VI Nations, contre l’Ecosse et l’Irlande. Au point de devenir une vraie menace pour lui? Une titularisation de Lopez entraîne-t-elle automatiquement celle de Ramos? Car selon les informations de RMC Sport, c’est bien ce dernier qui devrait buter à Murrayfield. Ce sera le cas épineux à gérer pour le staff, de par le statut et l’expérience de Médard en bleu.

Les perdants

Il y a huit joueurs dont les noms n’auront pas été couchés sur les deux premières feuilles de matchs en ce mois d’août (Demba Bamba est en phase de reprise, Wenceslas Lauret et Maxime Machenaud toujours ménagés et Bernard Le Roux, suspendu) : les Toulousains Sofiane Guitoune et Yoann Huget, le Toulonnais Anthony Belleau et le Rochelais Vincent Rattez. Ceux-là auront à coup sûr du temps de jeu face à l’Italie (30 août au Stade de France) pour le dernier match de préparation. Mais ce premier couperet ressemble à un mauvais signe, notamment pour les deux derniers et leur statut de "réservistes".

Autre "cas", celui de Louis Picamoles. Remplaçant samedi dernier, il n’est, cette fois-ci, même pas sur la feuille de match. Alors que le staff avait indiqué la semaine dernière qu’il souffrait du pubis, le 3e ligne centre de Montpellier (33 ans, 78 sélections) s’est entraîné normalement en ce début de semaine. Les prestations d’Alldritt et d’Ollivon, reconduits, ne jouent pas en sa faveur.

Premier écueil pour la vie de groupe

Avant le premier match de préparation, ce groupe France, rassemblé au complet depuis début juillet, travaillait jusqu’ici sans contrainte de résultat ou de composition d’équipe. Durant des semaines, il n’y avait pas de différences de statut entre tous. Avec cette deuxième feuille de match, c’est une toute nouvelle donne pour la vie de groupe. Des choix sont faits et des déçus en résultent forcément. A moins de deux semaines de la promulgation officielle de la liste des 31 partants pour le Japon (ndlr : le lundi 2 septembre, soit cinq jours avant le grand départ), il va falloir gérer ces contrariétés.

Ce que les joueurs, à l’instar de Wesley Fofana, ne nient pas: "On travaille depuis longtemps tous ensemble, rappelait mardi le vice-capitaine. On est 37. Il ne faut pas oublier ça aussi. On savait qu’il y aurait des choix, même si cela ne nous appartient pas. Mais on n’oublie pas les copains qui ne jouent pas. On a vraiment un super groupe. Tout le monde est solidaire. Quand c’était très difficile physiquement ce week-end on a pu le ressentir. Cela n’a pas toujours été le cas. On pense forcément à ceux qui ne jouent pas. Ils font partie intégrante du groupe pour nous, ça c’est sûr."

WT avec JFP