RMC Sport

XV de France: "Fabien Galthié sait comment gagner un match", assure Fabrice Landreau

Fabien Galthié pourrait intégrer le staff du XV de France. Fabrice Landreau, qui le connait parfaitement pour avoir travaillé avec lui à Toulon, ne tarit pas d’éloges sur l’ancien international.

Que pourrait apporter Fabien Galthié au XV de France s’il venait à intégrer le staff?
FABRICE LANDREAU. Il peut apporter beaucoup de choses, forcément. Il a une vision globale du jeu et du haut niveau, une perception, une analyse très pointue. Il serait capable d'apporter, comme un chirurgien, quelques petites touches. Le gros du boulot est surtout sur l’ensemble du collectif. Il faut vraiment être immiscé au sein du XV de France mais je pense qu’il serait capable d’amener un regard et une analyse par rapport à la stratégie et un état d’esprit.

On dit parfois de Fabien Galthié qu’il est l’un des meilleurs techniciens français mais qu’il souffre d’un problème de relationnel. Est-ce vrai selon vous?
Je ne sais pas, personnellement j’ai un très bon relationnel avec lui! (Rires) Fabien a un œil très bien avisé, très ciblé. Ce n’est pas pour rien qu’il a 65 sélections. Il sait comment gagner un match. Une saison en sélection et une saison en club, c’est aussi complètement différent. Vous avez énormément de pression. Tout le monde veut jouer. On travaille 48 semaines par an. Tous les jours, on ne parle que rugby. Alors forcément, ça devient un peu compliqué parfois et c’est vrai qu’il peut y avoir quelques tensions. La chose qui peut choquer chez Fabien, c’est qu’il dit les choses crûment et clairement, que ça plaise ou que ça ne plaise pas. Alors parfois, cela a pu blesser certains mais il s’attache toujours les services de quelqu’un qui peut être complémentaire. Quand il était à Montpellier, c’était Eric Béchu. A Toulon, j’étais amené à jouer ce rôle-là. L’objectif est que lui ait les idées claires pour savoir où il veut amener son équipe, et derrière c'est à nous de nous adapter pour le bien vivre ensemble.

Vous êtes toujours en contact depuis la fin de votre aventure toulonnaise…
Oui, on s’appelle régulièrement. C’est quelqu’un de fidèle et de loyal. Il y a quelques années au Stade Français, j’avais été mis un peu sur la sellette par quelques joueurs de mon vestiaire et Fabien était intervenu pour se positionner fermement. Il avait réussi à me sauver la tête. 

Certains joueurs avaient regretté après la lourde défaite des Bleus en Angleterre qu’ils ne s’entraînaient pas assez. Avec lui, on imagine que ça ne devrait pas être le cas…
Vous pourrez demander aux Toulonnais qui sont en Equipe de France quelle était la charge de travail. Ils ont vécu une année très riche. C’était extrêmement complet avec un niveau d’exigence international basé sur la vitesse et l’intensité. Tout était calculé en fonction des données GPS avec une forme de jeu extrêmement rapide et cette volonté de faire vivre le ballon. Malheureusement, ça ne s’est pas concrétisé par des victoires mais en revanche il y avait de bons indicateurs quand on finit meilleure attaque du championnat et deuxième meilleure défense, avec Chris Ashton meilleur marqueur d’essais. Cela n’a pas été l’année pour Toulon mais je pense que nous étions sur la bonne voie. 

Est-ce l’homme qu’il faut pour le XV de France?
Il y a beaucoup d’entraîneurs compétents et il peut faire partie de cette short-list pour la succession de Jacques Brunel.

Mais Fabien Galthié pourrait surtout épauler Brunel…
Les deux hommes s’apprécient énormément. Mais peut-il arriver comme un pansement? Ou faut-il laisser l’équipe en place terminer convenablement sa préparation jusqu’à la Coupe du monde? C’est le débat.

Pourrait-il être numéro 2 du staff ou a-t-il surtout l’âme d’un numéro 1?
Il a déjà été numéro 2. Lorsqu’il a travaillé pour l'Argentine (comme consultant de 2008 à 2010), il était sous les ordres de Santiago Phelan. C’est un poste qui lui convient parfaitement. Tout le monde lui donne l’image d’un patron mais Fabien, c’est peut-être l’homme de terrain, le technicien, en le déchargeant du management.

Jean-François Paturaud