RMC Sport

XV de France: l’incroyable destin de Mauvaka, retenu pour la Coupe du monde

Comme pressenti, Jacques Brunel a retenu Peato Mauvaka (22 ans) dans la liste des joueurs pour la Coupe du monde. Un destin inespéré pour le talonneur du Stade Toulousain où il n’était que le n°3 en début de saison.

Sa présence dans les 65 présélectionnés pour le Mondial avait déjà étonné. Ce mardi, le nom de Peato Mauvaka (22 ans) a bien été cité parmi les 31 retenus (+6 réservistes) pour participer à la prochaine Coupe du monde de rugby (20 septembre-2 novembre) avec le XV de France, après seulement une vingtaine de rencontres en professionnel. Au Japon, le talonneur sera le n°3 au poste derrière le capitaine Guilhem Guirado et Camille Chat. Il a notamment été préféré au Rochelais Pierre Bourgarit. Un destin incroyable pour ce centre lors de ses jeunes années recruté par le Stade Toulousain quand il avait 14 ans. "Plus je grimpais en poids, plus je descendais en numéro, souriait-il récemment à l’AFP. J'ai joué 3e ligne et ensuite talonneur."

Il se rêvait volleyeur

Lui se rêvait volleyeur, il a finalement quitté la Nouvelle-Calédonie pour le rugby et la Haute-Garonne, sous l’impulsion de son oncle, Abraham Tolofua (père de Selevasio, son coéquipier à Toulouse), chargé par le Stade de repérer des joueurs en Nouvelle-Calédonie.

C’est là qu’il a explosé au plus haut-niveau cette saison au prix de plusieurs concours de circonstances: les blessures de Leonardo Ghiraldini (face à la France en mars), international italien, et de Julien Marchand, victime d’une rupture des ligaments croisés d’un genou face au pays de Galles, lors du Tournoi des VI Nations. Le joueur est devenu titulaire, a enchaîné les performances de choix jusqu’au titre de champion de France décroché samedi dernier face à Clermont (24-18), à l’issue d’une finale qu’il a démarrée comme titulaire

"Avec les blessures de Julien (Marchand) et Leo (Ghiraldini), j’ai eu plus de temps de jeu et j’ai pu montrer tout ce que je savais faire. Avec les deux années de blessure, c’était difficile de revenir, nous confiait-il en mai dernier. En début de saison 2017, je revenais de la Coupe du monde des moins de 20 ans. Je me suis fait une désinsertion de l’ischio gauche et après huit mois, je suis revenu et je me suis fait les croisés trois matchs après. C’était long, très long."

Brunel ne le connaissait "pas vraiment"

"Mauvaka, c’est une histoire incroyable, s’est enthousiasmé Jacques Brunel, ce mardi. Au départ, Julien Marchand de Leonardo Ghiraldini étaient les deux internationaux titulaires du Stade Toulousain. Au gré des blessures, ce garçon, que je connaissais un peu mais pas vraiment, est arrivé. Même le Stade Toulousain était inquiet du fait qu’il n’avait plus que des jeunes dans son effectif. En fait, il s’est totalement révélé et a montré de belles qualités. Il est dans le profil de garçons que l’on cherche, à savoir une capacité à se déplacer, à gagner des duels, des appuis, de la vivacité. Il est un peu costaud et jeune. C’est une surprise, j’espère que ce sera une bonne surprise."

Il a perdu 20kg en 2 ans

Le destin sourit à Mauvaka après lui avoir un peu tourné le dos il y a deux ans avec une blessure aux ischio-jambiers à la sortie de la Coupe du monde U20 en 2017. A son retour, il avait enchaîné par une prestation compliquée en Top 14 qui lui avait un peu fermé les portes de l’équipe professionnelle. Un régime draconien (il pèse 115 pour 1,84m) et une remise en question lui ont permis de refaire surface et d’attraper le train pour le Japon. 

"J’avais pris beaucoup de poids, je pense que c’est pour ça que je me suis blessé une seconde fois, reconnaît-il. Cet été, j’ai tout fait pour perdre du poids, j’ai perdu 20 kilos et j’ai pu avoir du temps de jeu. J’ai eu ce déclic. Je savais qu’en perdant du poids, je pourrais rejouer. Je suis mobile, je ne suis pas trop comme les autres talonneurs, qui sont plus dans le contact, je suis davantage dans l’évitement. Si je rate un lancer, même si je fais un bon match à côté, je ne pense qu’au lancer raté."

NC avec Jean-François Paturaud et Wilfried Templier