RMC Sport

XV de France : les enjeux du premier test face aux Anglais

Après six semaines de préparation, l’équipe de France affronte l’Angleterre en amical à Twickenham, ce samedi (21h). L’occasion de savoir si les Bleus sont prêts en vue de la Coupe du monde, mais surtout pour Philippe Saint-André et son staff de peaufiner leur liste en vue de l’annonce du groupe des 31.

Les Bleus au niveau ?

Le staff de l’équipe de France a axé sa préparation sur le physique. Il ne s’en est pas caché. Ce travail de fond va-t-il payer ? Philippe Saint-André a déjà laissé entendre que ses joueurs ne seraient pas forcément à 100% lors de ce premier match face aux Anglais. Un sentiment partagé par Fulgence Ouedraogo, titulaire en troisième-ligne, qui estime que les bénéfices seront sûrement visibles pour le début de la compétition le 19 septembre face à l’Italie. Au niveau du jeu, les Bleus n’ont révisé leurs lancements qu’à partir du second bloc de préparation début août. Suffisant au moment d’affronter le XV de la Rose, qui a débuté sa préparation mi-juin ? Là encore, PSA a pris les devants en expliquant qu’il y aurait du déchet. A quoi s’attendre ? Il ne faudrait pas que les Bleus reviennent de Londres avec une aussi lourde défaite qu’en mars dernier durant le Tournoi (55-35)…

Car dans ce cas, les Bleus prendraient un sacré coup au moral. Pas forcément idéal à un mois du début de la compétition. Après, même si les Anglais sont en avance et voudront marquer le coup, le XV de France ne devrait pas exploser à Twickenham. Les hommes de Philippe Saint-André ont une revanche à prendre. Mais surtout, beaucoup d’entre eux ont une carte à jouer avant l’annonce des 31, programmée le 23 août au lendemain du second test face à l’Angleterre. En conférence de presse, Philippe Saint-André a néanmoins donné le ton : « On connaît les Anglais. Mais mes joueurs seront prêts. On attend surtout qu’ils valident l’investissement démontré lors de la préparation. On est vraiment concentré sur nous. On fait des essais, mais le plus important, c’est que mes joueurs prouvent qu’ils peuvent jouer en équipe. » Sur les choix effectués pour son XV de départ, Philippe Saint-André a surtout expliqué qu’il avait privilégié les joueurs qui avaient terminé leur saison tôt, à l’exception de Morgan Parra. Voilà pourquoi Ouedraogo, Picamoles et Nyanga ont l’occasion de se montrer en troisième-ligne. Mais ce n’est paas forcément à ce poste qu’il y a le plus à perdre…

La charnière sous les projecteurs

Morgan Parra et peut-être François Trinh-Duc ont beaucoup à gagner ou à perdre, c’est au choix. Philippe Saint-André a sélectionné trois demi de mêlée (Kockott, Parra et Tillous-Borde) et trois ouvreurs (Michalak, Talès et Trinh-Duc). Un de ces six joueurs sera évincé des 36. Il semblerait que les trois demi de mêlée seront de la partie et qu’un ouvreur quittera le groupe. Si Michalak part avec une longueur d’avance, Trinh-Duc et Talès sont en concurrence. Cette titularisation face aux Anglais est-elle un cadeau empoisonné pour Trinh-Duc ? Pas forcément. Si l’ouvreur de Montpellier crève l’écran, PSA aura du mal à s’en passer.

Pour Morgan Parra, la donne est différente mais toute aussi importante. S’il sera du voyage, ce match face à l’Angleterre peut sûrement lui permettre de gagner ses galons de titulaire face à un Sébastien Tillous-Borde qui a été ménagé durant la préparation en raison de douleurs au genou. Parra doit lui aussi sortir un grand match pour bousculer la hiérarchie. « Ils ont l’habitude de jouer ensemble, a souligné PSA à propos de sa charnière. Ils ont de l’expérience pour conduire le jeu de l’équipe. Il n’y a pas besoin qu’ils se mettent de pression. »

Lamerat au centre des débats

Attendu depuis le Tournoi, Alexandre Dumoulin va enfin pouvoir exprimer tout son potentiel. Blessé cet hiver, il n’avait pas disputé le moindre match du Tournoi et n’avait pas pu confirmer le potentiel entrevu lors de la tournée de novembre 2014. Le staff compte beaucoup sur lui, même s’il n’a pas beaucoup joué cette saison. De là à ce qu’il devienne l’homme de base de Saint-André ? C’est possible. Car Fofana et Bastareaud ont déçu. Dumoulin sera associé à Rémi Lamerat. C’est peut-être le Castrais qui a le plus à gagner. Car au centre, le choix sera cornélien. Fofana sera au Mondial. Bastareaud, qui semblait en danger en mai, a semble-t-il inversé la tendance. Mais une surprise n’est pas à exclure. Il resterait donc deux places pour Dumoulin, Lamérat et Fickou.

Mais Fickou, qui peut jouer à l’aile, a un atout en plus. D’ailleurs, Philippe Saint-André l’a laissé entendre avec seulement deux arrières et trois ailiers dans son groupe, la polyvalence de Dulin (qui sera titulaire à l’aile) et donc de Fickou, pourrait être déterminante dans le choix définitif du sélectionneur. « On n’est pas à l’abri d’une blessure à ce poste. Voilà pourquoi je tente la solution Dulin à l’aile » s’est justifié PSA. Lamérat (6 sélections) et Dumoulin (2 sélections), novices à ce niveau, jouent leur place face aux Anglais. Et sur cette paire de centre inédite, PSA est élogieux : « C’est une paire de centre très complémentaire. Rémi Lamérat est en grande forme. Et Alexandre Dumoulin a les qualités pour jouer à ce niveau. C’est à eux de s’investir à fond, sans pression, mais avec de l’envie ».

Piliers : qui va exploser ?

Là encore, il y aura un déçu. Il sont six (Atonio, Slimani, Debaty, Chiocci, Ben Arous, Mas) et il ne devrait en rester que cinq ! Slimani et Ben Arous, qui ne joueront pas le premier test face à l’Angleterre, sont-ils assurés d’être du voyage ? La réponse est oui. Les deux premières lignes qui seront testées à Twickenham jouent gros. PSA a donc décidé de titulariser Debaty, Szarzewski et Mas. Szarzewski hérite du rôle de capitaine laissé vacant par Dusautoir et Papé, ce qui pourrait indiquer qu’il souhaite partir avec ses trois talonneurs. Au final, ce sont surtout les piliers qui jouent gros. Pas un mot de Saint-André sur ses choix en première lors de la conférence de presse d’avant match. Difficile donc d’y voir clair.

Quel buteur ?

Si Philippe Saint-André répète que Frédéric Michalak est son buteur et celui qui apporte le plus de garanties, le match face à l’Angleterre va permettre à Morgan Parra de prouver qu’il est lui aussi un buteur redoutable. Car il sera le buteur des Bleus à Twickenham, comme l’a confirmé PSA. Un moyen de mettre aussi le doute dans l’esprit du sélectionneur concernant la hiérarchie des demi de mêlée. Car si Tillous-Borde part comme numéro 1, il ne bute pas. En réussissant un sans-faute à Twickenham, Parra pourrait gagner des points. Il sera ensuite intéressant de savoir qui butera si Kockott entre en jeu à la place de Parra et si Trinh-Duc est toujours sur le terrain. Ça donnera sûrement une indication sur la volonté du staff d’emmener ou non Kockott à la Coupe du monde.