RMC Sport

XV de France : nos pistes pour les cinq qui seront recalés

Sébastien Vahaamahina (XV de France)

Sébastien Vahaamahina (XV de France) - AFP

C’est ce dimanche à 12h que Philippe Saint-André dévoilera les noms des 31 joueurs sélectionnés pour la Coupe du monde. Cinq joueurs quitteront donc le groupe après avoir fait la préparation. « Il me reste un ou deux cas à trancher », avait avoué le sélectionneur lundi, évoquant des « ballotages favorables et d’autres très défavorables ». RMC Sport fait le point alors que le second test face à l’Angleterre se profile.

LES AVANTS

Chiocci, Vahaamahina et Goujon vers un retour à la maison

Chez les avants, la première interrogation était de savoir si PSA allait partir avec deux ou trois talonneurs. Une éventualité qui planait depuis les déclarations de Benjamin Kayser en début de préparation, qui assurait n’avoir aucune certitude. Il y aura bien trois talonneurs dans le groupe des 31 (Guirado, Szarzewski et Kayser). En revanche, un pilier va partir. Le sélectionneur avait annoncé la couleur. C’est Xavier Chiocci qui devrait rentrer à Toulon. Il était la petite surprise de l’annonce des 36 car on pensait plutôt voir son coéquipier au RCT, Alexandre Menini. Le pilier s’est accroché durant la préparation, mais Ben Arous et Debaty sont devant. Et la prestation du Clermontois à Twickenham a rassuré le staff. A droite, difficile de se passer de Slimani, très en forme en fin de saison, et de l’expérience de Nicolas Mas. Enfin, le staff souhaitait garder le profil atypique d’Atonio comme « impact player ».

En sélectionnant quatre deuxième-lignes, on pouvait penser que Papé, Maestri, Flanquart et Vahaamahina étaient immunisés. C’est raté. Sébastien Vahaamahina devrait être écarté. Et c’est Bernard Le Roux, habituel troisième-ligne, qui dépannera en cas de besoin. Le Clermontois paie-t-il sa déclaration surprenante, à savoir qu’il ne serait pas « déçu s’il ne participait au Mondial » ? Peut-être, mais pas que.

En troisième-ligne, un seul va partir à la suite du basculement de Bernard Le Roux dans la cage. Et c’est le moins expérimenté qui devrait en faire les frais : Loann Goujon. Le retour en grande forme de Picamoles peut l’expliquer. Et PSA est armé en numéro 8 avec Damien Chouly, qu’il considère comme un leader de touche. Enfin, un tel choix lui permet de garder deux coureurs, à savoir Yannick Nyanga et Fulgence Ouedraogo, impressionnant physiquement ces derniers temps.

LES ARRIERES

Tillous-Borde, Trinh Duc ou Talès ? Fickou plutôt que Guitoune ?

C’est du côté des arrières que la phrase de Philippe Saint-André (« un ou deux cas à trancher ») prend tout son sens. En sélectionnant trois demis de mêlée et trois ouvreurs, il savait qu’il faudrait en écarter un, voire deux pour sa liste des 31. Le choix semblait se porter vers un demi d’ouverture. Mais derrière Michalak et Trinh Duc (qui n’a pas complètement brillé par sa vision du jeu à Twickenham samedi dernier), la polyvalence de Rémi Talès, sa discrétion et son « rôle » important dans la vie du groupe font que l’entraîneur des trois-quarts Patrice Lagisquet semble énormément compter sur lui.

Et la blessure au genou de Tillous-Borde durant le mois de juillet, lequel n’a pas pu suivre l’intégralité de la préparation, n’a pas joué en la faveur du demi de mêlée du RCT. Tillous-Borde, qui ne bute pas, pourrait-il être sacrifié ? La déclaration du président toulonnais Mourad Boudjellal en début de semaine à RMC Sport (« On devrait en récupérer deux ») n’a pas dû le rassurer. A moins que le match face à l’Angleterre au Stade de France samedi ne convainque le staff. En conclusion, c’est très serré pour le choix final entre Tillous Bordes, Trinh-Duc et Talès.

Les joueurs ne sauront rien avant dimanche matin

La dernière place sur le siège éjectable se jouerait enfin entre Sofiane Guitoune et Gaël Fickou. L’ailier de l’UBB a perdu des points lors du premier match amical en Angleterre (en point d’orgue, sa montée défensive sur le troisième essai anglais et ses quatre plaquages manqués). Tout comme Brice Dulin, il a subi les foudres du sélectionneur à l’issue du match. Mais les deux, Guitoune du fait du faible nombre d’ailiers et Dulin pour son profil unique d’arrière pur en doublure de Spedding, devraient sauver leurs têtes. De son côté, le centre Gaël Fickou, sur lequel le staff comptait pour dépanner à l’aile, n’a pas non plus apporté les garanties nécessaires. Il est vraisemblablement le plus en danger.

Là encore, le match face à l’Angleterre ce samedi peut-il changer la donne ? A voir, même si Fickou est encore remplaçant… Vous l’aurez compris, si devant la situation semble limpide, derrière, le staff n’a pas fini de se gratter la tête. La nuit entre samedi et dimanche pourrait être longue. Mais selon nos informations, à la demande du président de la FFR Pierre Camou, Philippe Saint-André ne préviendra pas ses joueurs avant dimanche matin. Le président ne veut pas que se reproduise l’affreuse soirée d’après Irlande-France en août 2011 à Dublin, au cours de laquelle Sylvain Marconnet avait été évincé (tout comme Thomas Domingo, mais lui avait été prévenu plus tôt dans la semaine) d’un groupe réduit à 30 éléments.

WT, LD et MR