RMC Sport

XV de France: "Prendre l'Angleterre comme un test", annonce Serin

Avec son succès étriqué contre les Tonga (23-21), le XV de France s'est qualifié sans convaincre pour les quarts de finale. Lucide sur la prestations des Bleus, Baptiste Serin livre son analyse de la rencontre sur RMC et se projette sur la suite de la compétition.

Baptiste Serin, comment les Bleus arrivent à se faire peur alors qu'ils menaient 17-0 contre les Tonga en semblant maîtriser la rencontre? 

C’est vrai que ça a été compliqué. On a eu des phases de rucks qui ont été difficiles. On n’a pas réussi à mettre le jeu de vitesse prévu. On peut s’appuyer sur les 25-30 premières minutes où on a réussi vraiment à prendre le score. Sur deux ou trois turnovers, on a été mis en difficulté par cette équipe des Tonga. En conquête, on a été un peu perfectibles à des moments. On s’est recentré sur des mauls portés. On aurait peut-être dû aérer le jeu avec plus de jeu au pied de pression pour les repousser dans leur camp et attendre leurs fautes. 

Ce manque de maîtrise, c’est l’histoire de votre Coupe du monde. Argentine, Etats-Unis, Tonga, ça se répète...

Oui, c’est vrai. C’est un point qu’il faudra améliorer absolument. On a six jours pour en discuter et mettre en place un plan de jeu bien clair pour affronter l'Angleterre (samedi, 10h15). C’est sûr que contre une équipe comme le XV de la Rose, si on est perfectibles dans les rucks, dans le jeu dans notre camp, si on n’arrive pas à bien ressortir... Eux vont vraiment profiter de ces ballons pour les jouer et empiler les points. 

Collectivement, ce manque vous pèse? Vous doutez? 

Non, pas forcément. Juste avant la mi-temps, on prend un essai très litigieux. Pourtant, on est très sereins et sûrs de ce qu’on veut mettre en place sur la deuxième mi-temps. On a un gros point noir en prenant un essai au début de la seconde période et où ils reviennent à trois points. Mais on ne s’affole pas. On reprend les points derrière. On arrive à basculer après les temps faibles. Après, il faut les éviter le plus possible parce qu’on ne peut pas se permettre de se faire rejoindre aussi facilement. 

Vous rencontrez les Anglais samedi, quel est l'objectif? Se mesurer à eux ou se préserver, calculer par rapport à la partie de tableau?

Pour moi, franchement, non. L'Australie ou le pays de Galles en quarts de finale, ça sera quoi qu'il arrive un gros morceau. Pour moi, il n'y a pas à calculer. Je ne connais même pas le tableau. Je ne sais pas si on est dans la partie de l’Afrique du Sud ou de la Nouvelle-Zélande, je m'en tape. Je pense qu'il faut prendre le match contre l'Angleterre comme un test pour se mesurer à une grosse nation. On sera outsider. C'est excitant à jouer en raison de la rivalité qu'il y a entre la France et l'Angleterre. C'est un bon match pour se jauger.

L'Angleterre a fait forte impression...

Oui, on sent qu’ils sont solides. Ils sont pragmatiques dans leur jeu. Ils sortent proprement de leur camp. Ils aèrent le jeu avec beaucoup de pression sur l’adversaire. Il faut qu’on trouve une parade pour contrer ce jeu au pied.

Propos recueillis par Wilfried Templier