RMC Sport

XV de France: faut-il faire l'impasse contre l'Angleterre en vue des quarts?

Après sa victoire sans convaincre contre les Tonga (23-21), l'équipe de France est qualifiée pour les quarts de finale de la Coupe du monde. Le dernier match contre l'Angleterre (samedi, 10h15) a pour seul enjeu la première place du groupe. Néanmoins, ne vaut-il pas mieux faire l'impasse sur ce Crunch? Fraîcheur physique, partie de tableau plus "abordable", les arguments existent. Le débat est ouvert.

Première mission atteinte. Direction les quarts de finale pour les hommes de Jacques Brunel après le succès étriqué face aux Tonga (23-21). Désormais, il est temps de se projeter sur la suite. A court terme, il s'agit de l'affrontement contre l'Angleterre (samedi, 10h15), avec pour enjeu, la première place de la poule. Mais cette position est-elle réellement enviable? Pas si sûr. Et pour plusieurs raisons.

Un risque physique

Affronter le XV de la Rose, c'est l'assurance d'un affrontement à très haute intensité. En sachant que le quart de finale se jouera une semaine après le Crunch, il peut clairement y avoir de la casse. Ne vaut-il pas mieux faire tourner pour avoir l'assurance de conserver ses forces vives en bonne santé et pleine d'énergie? La question mérite d'être posée.

Un tableau "plus favorable" en cas de deuxième place?

En cas de victoire contre l'Angleterre, la France affrontera certainement l'Australie en quarts. En cas de défaite, les Gallois seront au programme. Si le niveau des deux pays est similaire, affronter le Pays de Galles semble plus rassurant. Bien que la formation de Warran Gatland fait peur, les confrontations contre elle, sont souvent serrées. 

Surtout, si le XV de France se projette plus loin. Etre deuxième permettrait d'éviter les All Blacks dans une éventuelle demi-finale. Ce qui est toujours une excellente nouvelle dans la planète rugby.

Les joueurs veulent jouer à fond

Discours de façade ou réelle volonté, le son de cloche est similaire chez l'ensemble des joueurs des Bleus. Ils souhaitent tout donner contre l'Angleterre. "On veut se mesurer à eux et quelque part cela reste la Coupe du monde. On peut pas gérer ce genre de matchs ou faire l'impasse. Il faut donner le maximum et on fera les comptes à la fin", assure Charles Olivon.

"C'est un très bon test, on va jouer la gagne, on ne va pas calculer. Après la phase de poule, il n'y a pas de bons tirages, seulement des grosses équipes", estime Antoine Dupont. "C'est un match qui va compter car on va se mesurer à ce qu'il se fait de mieux en ce moment. On va essayer de répondre présent face aux Anglais afin de mettre notre plan de jeu en place", abonde dans le même sens, Romain Ntamack.

Des observateurs catégoriques

Si à chaud après la victoire contre les Tonga, les joueurs sont unanimes sur le fait de tout donner contre l'Angleterre, les observateurs pensent différemment. Pour Denis Charvet, il faut faire le deuil du match contre les Anglais. "Il faut choisir ceux qui vont aller au bout. Il faut aussi emmagasiner de l’énergie pour préparer ce quart de finale face aux Gallois", tranche le membre de la Dream Team RMC Sport. Julien Dupuy, ex-demi de mêlée du Stade Français donne son avis. "Je ferai tourner par rapport aux forces et faiblesses du moment", indique-t-il en étant favorable à turn-over.

Philippe Saint-André pose le débat. "C'est un choix cornélien de la part du staff. Est-ce qu'on va jouer la première place face à des Anglais supérieurs ou tout miser sur un exploit en quart de finale contre les Gallois? Je sais qu'on est capable sur un match de rivaliser avec eux", explique l'ancien sélectionneur avant de donner son orientation personnelle. "Ce qui est inquiétant, et je l'ai vécu il y a quatre ans, c'est que plus les matchs s'enchaînent, plus les joueurs sont émoussés. On a de moins en moins de lucidité, on fait de plus en plus de fautes de main", observe l'homme qui a dirigé les Bleus durant la Coupe du monde 2015. Un argument de plus pour laisser les cadres au repos contre l'Angleterre?

ME avec Jean-François Paturaud, Wilfried Templier et Laurent Depret à Kumamoto