RMC Sport

XV de France: Spedding revoit la vie en bleu

Non retenu dans le groupe pour les deux premiers matches du Tournoi des VI Nations puis forfait face au pays de Galles, Scott Spedding devrait de nouveau porter le maillot bleu dimanche en Ecosse (16h00). Enfin acclimaté à son nouveau club clermontois, l’arrière veut bonifier les progrès affichés par le XV de France et rendre à Guy Novès la confiance qu’il lui accorde.

Scott, comment vous sentez-vous physiquement après votre blessure au genou qui vous a contraint à déclarer forfait pour le match face au pays de Galles ?

Ça me fait d’abord plaisir de retrouver le groupe et tout va bien parce que j’ai joué vendredi avec Clermont (lors de la victoire à Grenoble, 12-45, ndlr). C’était un bon test pour mon genou et ça s’est bien passé. C’est un plaisir d’être ici. Après avoir manqué les trois premiers matches du Tournoi, espérez-vous avoir du temps de jeu ce week-end en Ecosse ? Bien sûr, comme tout le monde. On verra la composition de l’équipe vendredi et si je n’en fais pas partie, je vais tout faire pour aider le groupe à gagner ce match. On bosse bien en groupe.

Guy Novès a souvent souligné votre état d’esprit irréprochable même lorsque vous ne faisiez pas partie du groupe. Quel regard portez-vous sur ce compliment ?

Ce n’est pas que moi. Il y a un bon état d’esprit dans le groupe. Tout le monde bosse pour que l’équipe qui commence fasse du bon boulot. C’est ça le rugby. Tout le monde veut jouer mais ce n’est pas possible puisqu’il n’y en a que 23. C’est un privilège de faire partie de ce groupe. Je ne suis pas le seul, il y a un bon état d’esprit dans le groupe et ça se voit.

Mettez-vous davantage l’accent sur l’animation offensive avant l’Ecosse ?

On a vu les vidéos, on va continuer à bosser sur ça. On n’a pas eu beaucoup de ballons contre le pays de Galles donc c’est compliqué. Il y avait du positif avec un bon état d’esprit en défense. Il faut juste essayer d’avoir un peu plus le ballon et d’essayer de le garder si on veut être plus dangereux en attaque. On va bosser sur ça cette semaine.

« L’Ecosse se serait qualifiée pour les demies de la Coupe du monde sans une erreur d’arbitrage »

Êtes-vous confiant avant d’affronter l’Ecosse, une équipe joueuse qui peine pourtant à gagner ?

Pendant la Coupe du monde, on a vu que l’Ecosse se serait qualifiée pour les demies sans une erreur d’arbitrage (défaite face à l’Australie, 35-34, après une pénalité accordée à tort aux Australiens en fin de match, ndlr). Ils restent sur une large victoire contre l’Italie (36-20) alors qu’on n’a gagné que de deux points contre eux (23-21). Ce sera à l’extérieur donc ça va être un match très compliqué. On prend ce match très au sérieux.

Une défaite serait-elle un gros coup d’arrêt pour le XV de France ?

On ne peut pas prendre ça comme ça. On est des compétiteurs donc on va bosser pour essayer de gagner ce match. On ne va pas penser aux conséquences si on perd. On veut juste prendre du plaisir cette semaine, bosser sur ce qu’on doit faire. Ça reste du rugby. Il faut qu’on continue à construire cette équipe. On voit que c’est de mieux en mieux après chaque sortie.

Craignez-vous l’animation offensive des Ecossais ?

Ils ont quelques joueurs très dangereux comme Stuart Hogg, un joueur très important dans l’équipe. Ils sont aussi beaucoup plus costauds devant qu’il y a quelques années. Il faut qu’on bosse dur cette semaine si on veut faire quelques là-bas.

Vous avez fait un bon match samedi avec Clermont après un bon début de saison. Vous sentez-vous enfin intégré dans cette équipe ?

Je me sens bien. C’était un peu compliqué au début puisque j’arrivais en milieu de saison, juste après la Coupe du monde. Je n’avais pas eu l’opportunité de faire une pré-saison ou des matches amicaux. Arriver en plein milieu du championnat, ce n’était pas facile. Les coaches ont bossé avec moi. Avec les blessures, ça m’a fait du bien de prendre un peu de recul. J’espère que ça va continuer.

Avez-vous le sentiment de retrouver vos sensations de l’année dernière ?

Oui mais ce n’est qu’un match. Il faut que je continue à bosser. Je me sens bien et le genou aussi. J’ai pris ma marque à Clermont.

Laurent Depret