RMC Sport

XV de France : un "parcours du combattant" à la sauce bleue

Les Bleus n'ont pas fini d'en baver

Les Bleus n'ont pas fini d'en baver - AFP

Ce vendredi, les Bleus ont achevé leur première semaine de préparation (même s’il reste une courte séance ouverte demain au public) par un « atelier énergétique » où il fallait pousser les watts et dompter l’acide lactique. La prépa commando annoncée par PSA est bien au rendez-vous.

Philippe Saint-André avait prévenu d’entrée : la préparation physique des Bleus à la Coupe du monde sera corsée et éprouvante, musclée et sévèrement « burnée ». Si depuis le début de la semaine les 36 présélectionnés ont déjà eu droit à un sérieux avant-goût de la prépa commando qui les attend durant deux mois, ce vendredi, le « parcours du combattant » qui leur était proposé a calmé l’ambiance.

Au menu du jour, donc, un parcours de huit minutes autrement appelé «atelier énergétique» à vous faire « sauter la pile », au cours duquel il fallait enchaîner 30 secondes de rameur, une course sur une dizaine de mètres, faire onduler des cordes de 35kg en alternance avec des pompes, de nouveau une course, des pneus de tracteur à marteler avec une masse de 30kg, une ultime course avant 30 secondes de Watt Bike. Une rotation à effectuer un maximum de fois en 8 minutes par équipes de quatre. Avant de remettre ça à deux autres reprises ! Le tout par 30°C à l’ombre du terrain synthétique qui abritait le parcours. On achève bien les chevaux sous le capot des Bleus…

Pour asphyxier le haut du corps

A ce petit jeu-là, c’est Dimitri Szarzewski qui s’est montré le plus endurant avec six rotations et demie effectuées en 8 minutes. Mais que ce fut dur pour lui comme les autres, parfois en apnée, souvent en souffrance, les muscles gorgés d’acide lactique, la grimace de circonstance et le palpitant qui s’emballe. Mais au final, ce travail de résistance et de force qui vise à asphyxier principalement le haut du corps permettra aux Bleus de blinder leur cuirasse. Et de repousser leurs limites quand le rideau se lèvera sur la Coupe du monde.

« Depuis lundi, on est rentré dans le vif du sujet, explique Guilhem Guirado. Ca a commencé très, très fort et du coup, on enchaine. Ça fait 5 jours déjà et le corps est mis à rude épreuve mais ce sont des bons moments à vivre aussi. C’est sûr que le moment du rugby est le plus intéressant car c’est ce qui nous concerne et ce qui est un peu l’objectif mais on sait qu’on doit passer par une longue période de préparation pour être fin prêts pour ces matches qui vont être d’un rythme assez impressionnant. » La clé du succès ?

G.Mathieu avec L.Depret