RMC Sport

Agressions sexuelles dans le patinage: Candeloro s'attaque au système Gailhaguet

Sur le plateau de BFMTV ce lundi, Philippe Candeloro a réagi aux accusations de viol et d’agressions sexuelles qui secouent le monde du patinage artistique français et sa fédération. L’ancien athlète en a également profité pour pointer du doigt le président Didier Gailhaguet, et sa façon de faire.

Philippe Candeloro en avait visiblement gros sur le cœur. Présent sur le plateau de BFM Story ce lundi, l'ancien patineur a réagi aux accusations d'agressions sexuelles et de viols qui touchent depuis quelques jours sa discipline. Le double médaillé olympique a remis en cause la politique du président de la Fédération française des sports de glace (FFSG), Didier Gailhaguet. "Le problème, c’est que plusieurs fois, on a essayé d’aller contre la politique sportive de Didier Gailhaguet, ou sa gestion en tout cas, parce qu’on ne partage pas forcément les mêmes avis", a-t-il déploré.

Candeloro a reconnu avoir abandonné ce combat, tant les dés étaient pipés: "Moi j’ai jeté l’éponge, alors que je suis peut-être la personne la plus légitime d’aller reprendre une fédération comme la nôtre. Mais j’ai jeté l’éponge parce que j’ai compris que tant que Didier Gailhaguet aura décidé de rester à la tête de cette fédération, il y arrivera tout le temps. Donc si ce n’est pas lui qui décide de laisser la place, il n’y a personne."

"Je sais que Didier Gailhaguet ne donnera jamais sa démission"

Pour l'ex-sportif, une autre personne que Gailhaguet pourrait avoir du mal à s'imposer au sein de la fédération: "Ou même si la personne y arrive, il se passera tellement de choses avec des gens de l’intérieur qui mettront des 'peaux de banane' sous le nouveau président, que ça ne fonctionnera pas."

Philippe Candeloro s'en est également pris aux clubs, qui ont leur part de responsabilité, par rapport aux nombreuses élections qui ont vu Gailhaguet conserver son poste: "Il a été élu au suffrage de tous les clubs, donc en fait, quelque part, tous les clubs qui ont voté pour Didier Gailhaguet depuis X ou Y élection, ils sont aussi un petit peu fautifs, ils couvrent un peu tout ça, en même temps. Alors, on ne va pas oublier ceux qui ont voté contre l’élection de Didier Gailhaguet, qui étaient au côté de Gwendal Peizerat, il y a quatre-cinq ans, à l’avant-dernière élection."

Dans l'après-midi, en conférence de presse, Roxana Maracineanu, la ministre des Sports, a appelé Didier Gailhaguet à la démission. Mais Philippe Candeloro ne le voit pas s'exécuter. "Au fond de moi, je sais que Didier Gailhaguet ne donnera jamais sa démission, estime-t-il. Ce n’est pas le genre de personne à donner sa démission."

Selon lui, Gailhaguet était au courant des viols et autres agressions sexuelles au sein de sa fédé: "A priori, il le savait puisqu’il y a eu des lettres qui ont été lancées à la fédération, il a eu des réponses, rappelle-t-il. Il y a eu une sanction contre ce fameux Monsieur Gilles Beyer pour l’écarter de ses fonctions. Donc quelque part, après, il a remis le loup dans la bergerie..."

MM avec BFM Story