RMC Sport

Mondiaux de biathlon : M.Fourcade "extrêmement fier"

Titré à quatre reprises lors des Mondiaux, Martin Fourcade n’a pas réussi la passe de cinq ce dimanche à Oslo. Très fatigué, le double champion olympique n’a pas pu résister à un Johannes Boe en feu devant son public et doit se contenter de la médaille d’argent de la mass start. Mais quel fabuleux bilan !

A le voir sortir du dernier tir debout avec cinq secondes d’avance sur son premier poursuivant, on avait déjà imaginé le quatrième titre individuel en poche pour conclure un dimanche déjà très cocorico. Trop fort sur les skis, Martin Fourcade ne pouvait plus être rattrapé. Mais Johannes Boe en a décidé autrement. En feu devant son public, le Norvégien a fini par croquer le Français pour aller s’offrir ce dimanche l’or de la mass start (15 kilomètres, départ groupé) des Mondiaux d’Oslo. Habitué à la plus belle des médailles, dont il s’était paré à quatre reprises (une en relais mixte, trois en solo) dans ces championnats, le double champion olympique a cette fois dû se contenter de l’argent malgré un 19/20 au tir (il a manqué une cible sur le premier tir couché).

La faute à un moteur en manque d’essence après un tel enchaînement de performances. « Je suis extrêmement fatigué, a expliqué Fourcade peu après l’arrivée au micro de RMC Sport. J’avais des sensations horribles sur toute la course. Du coup, il y a la satisfaction d’avoir réussi à attraper cette médaille d’argent et d’avoir été le meilleur athlète que je pouvais être aujourd’hui. Je n’avais vraiment pas ce qu’il fallait pour peser sur la course et je m’en sors bien compte tenu des sensations. Mais il y a aussi la déception de ne pas avoir réussi à évoluer à mon meilleur niveau et de passer si près du quadruplé en individuel. Mais ce que je retiens de ces Mondiaux, c’est énormément de positif. »

« Beaucoup de bonheur et de fierté »

Si l’espoir du Grand Chelem s’est écroulé ce week-end, entre un relais masculin décevant neuvième ce samedi et la deuxième place de la mass start ce dimanche, Fourcade n’en oublie pas moins tout ce qu’il a accompli avant. « Le quadruplé individuel me tenait à cœur car ça aurait été un très grand exploit, avoue-t-il. Mais je suis déjà extrêmement heureux et fier de ce que j’ai fait. Jamais aucun athlète n’avait remporté quatre médailles sur les quatre courses individuelles des Mondiaux. C’est beaucoup de bonheur et de fierté. Il y a un peu de frustration sur la course du jour. J’ai été le seul athlète à faire toutes les Coupes du monde de la saison pour m’assurer le classement général, alors que Johannes Boe ne faisait pas le voyage au Canada pour récupérer et s’entraîner. C’est un choix de préparation qui fait qu’il est meilleur que moi sur la dernière course. Mais sur l’ensemble de la saison, je n’ai vraiment pas à rougir. »

Surtout pas, même. Avec quatre titres mondiaux, un cinquième gros globe consécutif (record) et tous les petits globes dans sa besace, le Gargantua du biathlon n’a laissé que des miettes à la concurrence. Et il ne compte pas s’arrêter là. « C’est une de mes meilleures saisons, juge l’intéressé. Et ce qui est génial, c’est que je suis déjà en train de penser à la prochaine. Il y a plein de domaines sur lesquels j’ai envie de m’améliorer. Dès la semaine prochaine, on va se mettre à travailler pour être encore meilleur. Il y a des beaux Mondiaux l’an prochain et les Jeux dans deux ans. Ces médailles d’argent sur la mass start, à Vancouver (JO 2010, ndlr), à Sotchi (JO 2014, ndlr) ou ici, elles me restent un peu en travers de la gorge. Mais je suis sûr que ça va m’aider et que la mass start tournera du bon côté à Pyeongchang (Corée du Sud, JO d’hiver 2018, ndlr). »

Un vrai champion qui ne lâche rien. Jusqu’à demander au reporter de RMC Sport présent à Oslo... le score du match Ecosse-France, juste avant de répondre à ses questions. « J’aurais bien eu besoin d’un petit Guilhem Guirado pour m’aider à aplatir le maul dans l’en-but norvégien », s’est ensuite amusé Fourcade. Quelque chose nous dit qu’il aura bien d’autres occasions de le faire dans le futur.

A.H. avec J.Ri. à Oslo