RMC Sport

JO2018: Papadakis et Cizeron vont "vite passer à autre chose" selon le président du CNOSF

Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron lors du programme court de patinage artistique des JO

Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron lors du programme court de patinage artistique des JO - MLADEN ANTONOV / AFP

Pour Denis Masseglia, le couple de patineurs va réussir à se reconcentrer très rapidement sur la compétition après le "costume gate". Le président du CNOSF est également revenu sur la sanction infligée au skieur alpin Mathieu Faivre ce lundi au micro de BFM Sport.

La compétition avant tout. Interrogé par BFM Sport, le président du CNOSF, Denis Masseglia, s'est montré rassurant sur l'état d'esprit de Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron après le programme court. Ce lundi, les deux patineurs ont été perturbés par un problème de costume au moment de leur prestation, qui a laissé apparaître le sein de la jeune Auvergnate.

"Ce n’est pas la première fois que ça arrive. On en parle beaucoup, c’est sûr que ça peut perturber en cours de présentation. Maintenant, en regardant la situation, les Français ont 1,74 point de retard (sur Virtue et Moir, NDLR). S’ils réussissent leur programme libre tous les espoirs sont permis", a-t-il expliqué.
"Je pense que la tranquillité qu’ils vont retrouver au sein du village avec leur coach va leur permettre de se reconcentrer d’ici demain. On passe très vite au-delà de ce type de perturbation, à autre chose. La vraie compétition pour eux, c’est de réussir le programme libre demain. Il n’y a pas d’autre question à se poser".

"Ce n'est pas grave"

Autre moment fort de cette journée olympique, Denis Masseglia a également précisé les raisons pour lesquelles le skieur alpin Mathieu Faivre a été écarté de l'épreuve mixte du Team Event, qui se déroulera samedi prochain.

"C’est une non sélection justifiée par des propos qu’il a regrettés immédiatement, donc pour lesquels il n’y a pas lieu d’épiloguer. Ils étaient un certain nombre à pouvoir prétendre à une sélection pour le Team Event. A partir de là, s’il n’était pas en position favorable, ça a accéléré la décision, qui a été prise immédiatement pour que la situation soit clarifiée et pour que Mathieu puisse rentrer en France. Il a tout de suite indiqué que ses propos avaient été mis sous le coup de l’émotion et qu’il ne fallait pas en faire une affaire. Ce n’est pas grave", a-t-il signifié.
Thomas Giangrande avec C. P.