RMC Sport

Pinturault veut continuer jusqu’en 2023 et laisse la porte ouverte pour 2026

Invité exceptionnel du RMC Sport Show ce dimanche, Alexis Pinturault est revenu à notre antenne sur un week-end historique qui l’a sacré vainqueur du classement général de la Coupe du monde de ski alpin. Le skieur français de Courchevel s'est aussi projeté.

Alexis Pinturault a décroché un sacre historique de vainqueur du classement général de la Coupe du monde ce samedi, le jour de ses 30 ans, devenant le premier Français à s’adjuger le gros globe de cristal depuis 1997. Comme si la date, qu’il avait coché en début de saison sur le calendrier, lui avait donné un regain d’énergie pour aller chercher cet exploit avec la manière, en s’adjugeant le géant des finales de Lenzerheide.

Pinturault: "Tout le monde était extrêmement tendu"

"Je ne suis pas vraiment superstitieux, les choses étaient plutôt simples, a-t-il souri sur RMC ce dimanche soir. Il fallait à tout prix que je fasse une belle course pour remporter tous ces titres. C’est ce qui m’a permis de skier relativement relâché, aussi parce que j'avais eu un week-end relativement difficile à Kranjska Gora, qui ne s'est pas tout à fait passé de la manière que j'espérais. En fin de compte, ça a repoussé d’une semaine. Je pense que la pression que j’ai ressenti à Kranjska Gora m'a permis d’être plus libéré dans les finales de Lenzerheide."

Si la chance a fini par lui sourire (descentes des finales annulées), Alexis Pinturault a connu un enchaînement terrible la semaine dernière, à Kranjska Gora, où il avait pris la quatrième place du géant avant d’enfourcher en slalom.

"C’était un week-end difficile, confesse-t-il aujourd’hui. Il y a eu beaucoup de pression, mais pas uniquement de moi-même. C’est un ensemble, les entraîneurs, le staff, les partenaires, tout le monde était extrêmement tendu. Et ça, je le ressentais, ça me crispait aussi. J’avais beaucoup d’attentes personnelles, les médias aussi. C’était presque une situation de crise."

Pinturault: "Je n’irai pas plus loin, mais ça pourrait s’arrêter avant"

Vainqueur de la Coupe du monde de ski alpin, un titre après lequel il courait depuis tant d'années, Alexis Pinturault n’a pas l’intention de raccrocher. Pas encore. Le skieur de Courchevel s’est déjà fixé d’autres objectifs.

"J’ai trente ans, je suis arrivé très jeune sur le circuit. Ce qui est sûr, c’est qu’on a les championnats du monde de ski à Courchevel, ma station, dans deux ans. Ce sera un événement particulier. J’aurais à cœur d’y être. Dans deux ans, c’est certain que je serai sur le circuit. Ensuite, on verra. C’est un moment de réflexion qu’il faudra prendre. Il faut savoir prendre du recul sur la situation, voir où j’en suis. 2023, c’est le premier objectif. Je me laisse la porte ouverte jusqu’en 2026, avec les derniers JO qui seront à Milan. Je n’irai pas plus loin, mais ça pourrait s’arrêter avant."

QM