RMC Sport

Boxe: Joe Joyce, l’adversaire de Yoka en finale aux JO de Rio, réclame sa médaille d’or

Au lendemain des révélations du rapport McLaren sur des suspicions de corruption dans la boxe, notamment concernant le titre olympique remporté par Tony Yoka aux Jeux de Rio en 2016, le finaliste vaincu, le Britannique Joe Joyce, estime qu’il mérite de récupérer la médaille d’or.

C’est un combat dont se serait bien passé Tony Yoka. La boxe est dans l’œil du cyclone après que le rapport McLaren, du nom d’un juriste canadien Richard McLaren, a révélé jeudi un système de tricherie au sommet de la Fédération international (AIBA) visant plusieurs combats, notamment aux Jeux olympiques de Rio en 2016.

Parmi les combats douteux aux JO brésiliens figure celui pour le titre des lourds remporté par le Français Tony Yoka. Une médaille d’or conquise en finale face au Britannique Joe Joyce qui n’a pas tardé à réagir avec un message posté sur les réseaux sociaux. "C’est triste de voir de la corruption dans n’importe quel sport mais particulièrement dans la boxe, le sport que j’aime, a écrit le boxeur de 36 ans. Je crois vraiment que j’étais le vainqueur du combat face à Tony Yoka et que je mérite la médaille d’or."

"Je fais confiance à l’AIBA et au CIO..."

S'il avait accepté la perte de ce titre jusqu'à ce jour, Joe Joyce dit avoir examiné le rapport McLaren et "constaté que la corruption a impacté le résultat pour la médaille d’or lors du combat face à Tony Yoka." Et de poursuivre : "S’il y a bien eu corruption, et il semble que cela soit le cas, je fais confiance à l’AIBA et au CIO pour que soit assurée l’inquité sportive et qu’il me soit remis la médaille d’or."

Le rapport McLaren n'accuse ni les boxeurs, ni leur entourage d'être intervenus directement pour peser sur les combats, mais dévoile un vaste système d'influence piloté au sommet de l'AIBA, alors dirigée par le Taïwanais Ching-Kuo Wu.

ABr