RMC Sport

Nadal-Federer, retour à la normale

Rafael Nadal et Roger Federer

Rafael Nadal et Roger Federer - -

Vingt-quatre heures après avoir été vertement critiqué par Rafael Nadal pour son immobilisme, le Suisse a calmé le jeu. La hache de « guéguerre » des mots semble enterrée entre les deux copains.

Rafael Nadal n’a jamais eu la langue dans sa poche. Surtout dès qu’il s’agit de dénoncer les problèmes inhérents au circuit ATP et à son calendrier surchargé. En première ligne, c’est l’enchainement trop brutal des Masters 1000 du Canada et de Cincinatti (en août) qui est pointé du doigt, couplé aux cinq petits jours qui séparent la finale de l’US Open des demi-finales de la Coupe Davis (début septembre).
Bien moins critique que son rival espagnol, Roger Federer est resté particulièrement discret sur ce sujet qui fâche. Et c’est bien cette passivité qui a eu le don d’irriter le sextuple vainqueur de Roland-Garros. « C'est facile de dire : « Je ne dis rien, tout est positif et je reste un gentleman », pendant que les autres se font remarquer, a-t-il déclaré. Nous avons tous notre opinion et peut-être qu’il aime le circuit. Je l'aime aussi, mais ça ne signifie pas qu’il ne peut pas être amélioré et que les choses ne peuvent pas changer. » Des propos qui ont interpelé, vu l’immense respect que voue « Rafa » à « Rodgeur »…

« On est copains comme avant »

Dans la foulée de sa victoire du jour face au Russe Alexander Kudryavtsev pour son entrée en lice dans cet Open d’Australie 2012, Federer a tenu à reboucher la brèche entre-ouverte par l’Espagnol. Et surtout, calmer le jeu. « Je n’ai pas trop été surpris de ses propos, a confié l’ancien numéro un mondial. J’avais rencontré Rafa le jour où il a fait ses commentaires. Ce n’est pas de la mauvaise conscience. Je partage sa frustration. J’aimerais aussi changer certaines choses plus vite. Le fait qu’il ait dit des choses sur moi est un peu frustrant parce que par le passé, on était toujours du même avis. C’est peut-être l’une des premières fois où nous ne sommes pas du même avis. On s’est rencontré à Londres, on s’est parlé à la Coupe Davis et on s’est vu ici et tout est en ordre. On est copains comme avant. Pour moi, rien n’a changé. » L’affaire est close, mais le débat reste en suspens.

dossier :

Rafael Nadal