RMC Sport

Coupe Davis : le double envoie les Bleus en quarts

Jo-Wilfried Tsonga et Richard Gasquet sous les yeux de leur capitaine Yannick Noah

Jo-Wilfried Tsonga et Richard Gasquet sous les yeux de leur capitaine Yannick Noah - AFP

Jo-Wilfried Tsonga et Richard Gasquet ont apporté le point de la qualification à la France en remportant le double face à la paire canadienne Vasek Pospisil et Philip Bester (7-6, 6-1, 7-6), ce samedi lors du premier tour de la Coupe Davis. Une affaire très bien menée.

Il n’aura fallu que deux jours et trois matches aux Bleus pour faire de leur séjour en Guadeloupe un vrai succès. L’équipe de France a validé son billet pour les quarts de finale de la Coupe Davis après la victoire de la paire Tsonga-Gasquet dans le double face à Pospisil et Bester (7-6, 6-1, 7-6). Après les succès de Gaël Monfils et de Gilles Simon vendredi, les deux Français les mieux classés ont terminé le travail sans avoir eu la partie si facile, notamment lors du premier set. S’ils ont breaké d’entrée, Jo-Wilfried Tsonga a immédiatement perdu sa mise en jeu. Un couac qui a symbolisé les difficultés du Manceau.

Sous la chaleur de Baie-Mahault, Tsonga a semblé accuser le coup. Comme il l’avait déjà fait il y a trois semaines sous la chaleur suffocante du tournoi de Rio de Janeiro, qu’il avait quitté dès le premier tour face à l’inconnu Thiago Montero (3-6, 6-3, 4-6), 338e joueur mondial. Ce samedi, il est apparu en difficulté sur son service et les Bleus ont même dû sauver quatre balles de set sur sa mise en jeu dans la première manche. Sa nouvelle prestation en dents de scie lors d’un double, après celle face à la Grande-Bretagne avec Nicolas Mahut l’année dernière, aurait pu faire parler.

Trois victoires, aucun set perdu

Mais Tsonga a pu s’appuyer sur un Richard Gasquet impérial à ses côtés. Solide sur ses services, le Biterrois a aussi brillé au filet et porté parfois presque à lui tout seul le double sur certains points. Une petite renaissance pour lui, dont le comportement dilettante lui a parfois été reproché en équipe de France. Mais avec Yannick Noah, avec lequel a déjà collaboré, tout va mieux.

Sa métamorphose et un regain de forme de Tsonga ont permis aux Bleus de remporter le tie-break dans la première manche (7-6 en 1h07) avant de dérouler dans la deuxième (6-1 en 31 minutes). Si la voie d’un succès s’est vite dégagée, Vasek Pospisil et Philip Bester n’ont rien fait pour faciliter la tâche des hommes de Noah. Mais un nouveau jeu décisif bien mené (7-6 en 1h04), avec un Tsonga retrouvé, ont assuré une belle victoire. Sans perdre un seul set en trois matches, les Bleus se qualifient pour les quarts, où ils affronteront le vainqueur du match entre la République tchèque et l’Allemagne du 15 au 17 juillet.

NC