RMC Sport

Du rêve au cauchemar

Gaël Monfils

Gaël Monfils - -

Après avoir mené 2-1, la France a perdu la finale de Coupe Davis en Serbie ce dimanche (3-2). Michaël Llodra a été inexistant lors de la rencontre décisive face à Viktor Troicki. Un peu plus tôt, Gaël Monfils s’était fait atomiser par Novak Djokovic. Terrible désillusion pour le tennis tricolore.

Prostré sur sa chaise, Michaël Llodra est inconsolable. La tête enfouie dans sa serviette, le Parisien pleure à chaudes larmes. Balayé par un Viktor Troicki euphorique, il vient de s’incliner (6-2, 6-2, 6-3) lors du cinquième et dernier match de la finale de la Coupe Davis. Amorphe, maladroit, le n°23 mondial aura tout raté dans cette rencontre décisive. Malmené par les passings et les retours gagnants de son adversaire, il a cédé son service à huit reprises. Tout un symbole pour ce spécialiste du service-volée. « C'est une énorme déception. Echouer si près du but, c'est énervant. C'était mon rêve de remporter cette Coupe », lâche le grand « Micka » (1m90). Regroupés autour de lui, ses partenaires tentent timidement de le réconforter. Sans succès…

Dans une Beogradska Arena survoltée, la France a laissé filer un dixième Saladier d’Argent ce dimanche. Il lui tendait pourtant les bras depuis l’exploit du double Llodra-Clément la veille. Mais le rêve a viré au cauchemar le temps d’une après-midi à sens unique. « On n’a jamais pensé une seconde à la victoire », déplorera un Forget très abattu en sortant du court.

C’est d’abord Novak Djokovic, le héros local, qui a fait parler la poudre face à un Gaël Monfils dépassé (6-2, 6-2, 6-4). Appliqué, tranchant, sûr de lui, le n°3 mondial s’est baladé devant son public. Après avoir remis les deux équipes à égalité, il a longuement harangué la foule, exhortant ses compatriotes à rester soutenir Troicki. Ce qu’ils ont fait avec un enthousiasme débordant.

Forget : « Frustrant de perdre si but »

Dopé par cet engouement, le n°30 mondial s’est surpassé pour anéantir Llodra. Le tout sous les yeux d’un Djokovic intenable dans le box serbe. A l’issue de la rencontre, le natif de Belgrade n’a pas caché son émotion : « C’est la plus belle victoire sportive de notre pays. Même lorsqu’on était menés (2-1), on y a toujours cru. » Grâce à ce retournement de situation, la Serbie devient la treizième nation à remporter la Coupe Davis. Comme promis, les vainqueurs se font raser le crâne sur le court pour célébrer l’événement.

Pendant ce temps, les hommes de Guy Forget tentent d’analyser cette défaite cruelle. « Ils ont eu l'avantage de jouer à domicile et d'avoir un incroyable public derrière eux, glisse le capitaine des Bleus. Ça les a transcendés. Cette Coupe Davis paraissait proche mais elle est tellement dure à aller chercher. C’est frustrant de perdre si près du but. » Frustrant aussi de se demander si Gilles Simon, invaincu en quatre matches face à Troicki, aurait pu faire mieux que Llodra…

Privés de Jo-Wilfried Tsonga, leur meilleur élément, les Français n’auront pas su se sublimer lors de cette finale. Ils repartent de Serbie avec beaucoup de regrets. « Ça fait mal. Pour tout le monde, pour tous les supporters qui étaient là, admet Amélie Mauresmo, venue encourager ses amis. Il va falloir se relever et rebondir. On espère dans un futur pas trop lointain… » A condition de digérer rapidement un échec aussi inattendu que retentissant.

dossier :

Novak Djokovic

Alexandre Jaquin avec P.T. et R.M.à Belgrade