RMC Sport

Nadal ne touche plus terre

-

- - -

En dominant son compatriote Ferrer en deux sets 6-4, 7-5 en finale du tournoi de Monte-Carlo, Rafael Nadal s’impose pour la septième fois d’affilée sur le Rocher. A cinq semaines de Roland-Garros, l’ogre de la terre battue, qui n’est même pas au sommet de sa forme, confirme déjà son statut de grandissime favori à Paris.

A force de tout gagner, il en viendrait presque à banaliser l’exploit. Stratosphérique Nadal, vainqueur de son 44e tournoi à 24 ans seulement, et qui a porté sa série d’invincibilité sur terre battue à 28 matchs. Sa dernière défaite sur la surface ocre remonte à 2009 et son élimination en huitième de finale de Roland-Garros face aux coups de boutoirs du géant Robin Söderling. « C’est incroyable pour nous d’avoir gagné ici sept fois, s’exclame Toni Nadal, l’oncle et le coach de toujours. On n’aurait jamais pensé ça possible. L’important c’est de gagner un tournoi très prestigieux. C’est un bon commencement de saison pour nous. »
Pour s’imposer ce dimanche, « Rafa » n’a pas eu à forcer son talent malgré 2 heures 16 de combat. A l’image de ses contemporains, Ferrer s’est liquéfié sur les points décisifs, écrasé par le poids d’un lift toujours aussi incontrôlable. « C’était très dur, confie pourtant Toni. C’est normal, il a joué contre un grand joueur, l’un des meilleurs du monde sur cette surface. »

Nadal : « Je me sens fatigué »

Et dire que Nadal, encore en rodage, n’est pas encore au meilleur de sa forme. « J’ai peut-être été plus prudent que d’habitude, admet l’Espagnol. Je me sens fatigué. Mais des matchs comme celui de samedi ou de dimanche améliorent ma condition physique et mentale et aident pour le reste de la saison. Même si je n’ai pas pratiqué mon meilleur tennis ici, je reste positif. »
Se profile désormais pour le natif de Manacor l’ombre d’un infernal triptyque Barcelone-Madrid-Rome. Le Majorquin devra y défendre tous ses points. « Je dois le faire, explique le n°1 mondial. C’est une surface sur laquelle j’ai de bonnes chances de marquer des points, et de rester parmi les meilleurs mondiaux. C’est la partie la plus importante de ma saison. » Un programme de forçat, qui comme chaque année pose la question des cadences infernales infligées à son corps par Nadal. Tiendra-t-il ? La construction du plus beau palmarès de l’histoire sur terre battue est à ce prix…

dossier :

Rafael Nadal

SR