RMC Sport

Open Australie: dernier rescapé français, Mannarino toujours marqué par le Covid-19

Adrian Mannarino est le dernier joueur français encore en lice dans l'Open d'Australie. Avant d'aborder les seizièmes face à Alexander Zverev, ce samedi, le Français s'est confié à propos de ce "stress en extra" lié au Covid-19 auquel les tennismen n'étaient pas habitués.

Dernier Français en lice à Melbourne dans le tableau masculin, Adrian Mannarino est revenu sur les conditions particulières que vivent les joueurs de tennis professionnels ces derniers mois en raison de l’épidémie de coronavirus. Le seul Français qualifié pour le 3e tour de l’Open d’Australie, parle d’un "contexte tellement bizarre et particulier", à l’occasion du premier Grand Chelem de l’année.

Celui qui affrontera Alexander Zverev vendredi prochain en seizièmes, reconnaît que "ce n’est pas forcément agréable pour nous de jouer en ce moment. Même s’il y aura toujours des gens qui se demanderont 'pourquoi ils se plaignent, ils gagnent beaucoup d’argent'. Mais on reste des êtres humains, donc faire des quarantaines dans des chambres d’hôtels, toujours être stressé d’avoir potentiellement un test positif, c’est compliqué". Adrian Mannarino évoque aussi la crainte constante du test positif au covid-19: "Etre considéré comme cas contact ou qu’un membre de notre staff soit contrôlé positif et que cela nous retire du tournoi… c’est un stress qui est en extra depuis la reprise auquel on n’était pas habitué. Donc c’est sûr que l’on arrive pas à profiter autant qu’avant du sport et du métier que l’on fait qui est exceptionnel. On se retrouve beaucoup plus souvent dans nos chambres d’hôtel tout seuls à cogiter, ce n’est pas très marrant".

"On ne peut pas faire du Netflix toute la journée"

Le quatrième français au classement ATP (36e) est ensuite revenu sur cette longue préparation à l’Open d’Australie dans une bulle sanitaire très stricte: "On s’était préparé à faire quinze jours difficiles. Mentalement on savait à quoi s’attendre", reconnaît-il. "On a eu un petit coup de panique avec le personnel de l’hôtel, avec une personne qui a été contrôlée positive, a ajouté Mannarino. Alors on a dû refaire un test et repasser une journée dans la chambre. Cela nous a rappelé que l’on n’était jamais à l’abri de ce genre de soucis".

Le joueur Français a alors déclaré avec une note d’ironie: "On est des joueurs professionnels et on ne peut pas faire du Netflix toute la journée et être prêt à jouer des tournois. Malheureusement, le haut niveau fait que nous sommes plus ou moins des machines et on doit rester tout le temps en activité sinon rouille facilement surtout passé un certain âge".

Cas contact de Benoît Paire à New-York au mois de septembre, Mannarino est resté "bloqué dans la chambre d’hôtel" pendant plus plusieurs jours. Un isolement qui laisse des traces puisque "à la suite de cela je me suis blessé et j’ai fait tout la fin de l’année blessé et là j’ai encore des petits restes qui m’empêche ne m’entrainer correctement. Je ne peux pas faire un footing à plus de 6 Kilomètres/heure... depuis le mois de septembre".

ALR avec Eric Salliot