RMC Sport

Bollettieri : « Dieu a ses deux enfants à Roland-Garros : Nadal et Federer »

-

- - -

11 heures 30 à Boca Raton. La voix résonne au bout du fil sous le soleil de Floride. De son académie de tennis, le célèbre coach de tennis aujourd'hui âgé de 79 ans livre pour RMC Sport son regard sur Roland-Garros qu'il continue de suivre malgré le décalage horaire.

Nick Bollettieri, quel est votre regard sur Roland-Garros ?
C'est avant tout un rendez-vous unique. Il y a une ambiance particulière. Les enfants des écoles viennent très souvent et rendent ce tournoi magique. D'un point de vue tennis, c'est en revanche un peu décevant pour les fans. Les conditions météo changent et cela rend ce tournoi parfois fade. Vous pouvez être le meilleur du monde, le plus intelligent et construire vos points dans la durée, l'esprit de la terre battue n'est plus le même si à chaque fois, les joueurs doivent s'adapter aux conditions extérieures.

Quel est le match qui vous a marqué depuis une semaine ?
Gasquet-Murray sans hésiter ! Richard Gasquet ne m'a pas déçu. Il a montré de la vie dans son jeu. Il pousse Andy Murray dans ses retranchements avec un match très dur en cinq manches. Je me suis régalé à voir cette rencontre.

Selon vous, qui va remporter l'édition 2010 chez les hommes ?
Dieu seul le sait. Mais Dieu a deux enfants dans ce tournoi : Nadal et Federer ! Je persiste à penser que si les conditions sont dures, qu'il commence à faire très chaud ou que la terre devient plus rapide et que l'air est sec alors Roger Federer peut gagner en finale contre Rafael Nadal. Mais quoiqu'il arrive, ce ne sera pas en trois sets entre Nadal et Federer. Roger voudra prouver qu'il est le roi à Paris même si Nadal est sans aucun doute le meilleur joueur de tous les temps sur terre battue. Quand vous jouez contre lui, vous jouez contre Lendl, Borg, Agassi et Muster réunis. Ce sera une très longue bataille pour Federer en finale mais il peut y arriver si les éléments sont avec lui.

Si les joueurs américains ne brillent pas beaucoup cette année, les Français non plus. Pourquoi ces difficultés ?
Je pense que c'est la même raison. Aux Etats-Unis comme en France, il n'y a pas assez de courts en terre battue. Au lycée ou à la fac, la terre battue rouge n'existe pas. Je ne connais pas beaucoup de courts de tennis américains comme en Europe. C'est difficile de jouer sur une surface que vous ne connaissez pas.

Mais le dernier américain à avoir gagné le tournoi, c’est André Agassi en 1999. Le dernier Français c'était Yannick Noah en 1983. Pourquoi a-t-il réussi et pourquoi personne n'y arrive aujourd'hui en France ?
Yannick a gagné parce que c'était un athlète et un showman ! Quand il jouait, il montait à la volée avec sa tête. Il a l'esprit français, comme son fils Joakim en NBA. Il s'est donné à fond pour gagner et c'était un « amuseur ». Vous avez du mal à trouver son successeur ? Mais c'est normal. Jo Wilfrid Tsonga ne peut pas gagner Roland-Garros. Il a Nadal, Federer, Murray devant lui ! Ces joueurs-là ont l'esprit des plus grands champions comme Jordan, Armstrong, Woods. Si Tsonga doit gagner Roland-Garros, il devra être très chanceux. Si Nadal et Federer ne jouent plus alors cela deviendra plus facile pour les Français.

François Giuseppi