RMC Sport

Nadal, le rêve brisé

Rafael Nadal

Rafael Nadal - -

Après vingt-cinq matches sans défaite en Grand Chelem, l’Espagnol, touché à la cuisse, s’est incliné mercredi en quart de finale de l’Open d’Australie face à son compatriote David Ferrer (6-4, 6-2, 6-3). Il ne réussira pas le Grand Chelem sur deux ans.

Le grand rêve de Rafael Nadal, le « Rafa Slam », réussir un grand chelem sur deux ans, s’est brisé en mille morceaux ce mercredi en quart de finale de l’Open d’Australie. La faute à une cuisse récalcitrante ! Battu sèchement par son compatriote David Ferrer (6-4, 6-2, 6-3), l’Espagnol ne deviendra pas l’égal de Rod Laver.

Philosophe, le Majorquin semblait avoir digéré cette déception quelques minutes après sa défaite. « Dans une carrière, vous avez des hauts et des bas. Je n'ai quasiment eu que des bons, des très bons moments. Cela fait partie du sport. Il faut que je l'accepte, que je continue à travailler et que je fasse de mon mieux pour le prochain tournoi. »

Diminué physiquement, l’Espagnol a reconnu, du bout des lèvres, s’être blessé : « Je ne me suis pas senti au mieux, a-t-il expliqué. Mais je ne peux rien dire sur cette blessure. Je préfère ne pas en parler, d'abord parce que je n'en sais pas plus. Et surtout par respect pour le gagnant qui est aussi un ami. Je préfère parler du match. Quand je perds, on dit toujours que j'ai eu un problème et je ne veux pas donner cette image »

Tony Nadal : « La chronique d’une mort annoncée »

Son oncle Tony Nadal s’est néanmoins montré plus loquace. « Rafael a ressenti une douleur à l'ischio-jambier gauche dans le deuxième jeu. Au changement de côté, il a fait venir le kiné. Mais quand il est revenu de notre côté, il nous a fait signe que sa jambe ne répondait pas. C'était alors la chronique d'une mort annoncée. »

Cette douleur aux ischio-jambiers, ajoutée à la perte de poids significative suite à un virus contracté lors du tournoi de Doha il y a quelques semaines, aura eu raison de son physique. Face à un David Ferrer au top de ses capacités physiques, « Rafa » n’a tout simplement pas pu rivaliser. Il laisse Ferrer affronter l’Ecossais Andy Murray en demi-finale.