RMC Sport

Qui peut arrêter ce Nadal là ?

-

- - -

A 24 ans, le prodige espagnol a remporté son cinquième Roland-Garros en six ans et poursuit sa moisson de records.

Le sacre du Roi Nadal sur le court Philippe-Chatrier, face au Suédois Robin Söderling, vient venger onze mois de blessures (genoux, abdomen), de rééducation, de problèmes familiaux, de jeu approximatif. De doute, plus profond qu’il n’y parait. « L’année dernière a été très difficile, concédait Nadal après son triomphe dominical. On se demandait si un jour je pourrais revenir à 100%... » Des doutes qui expliquaient ses larmes au bord du Central après la balle de match.

Depuis le tournoi de Monte-Carlo 2010, le n°1 mondial a repris sa marche en avant. Les chiffres sont implacables : quatre titres consécutifs sur terre battue, 23 victoires en autant de rencontres, deux minuscules sets perdus (face à Gulbis et Almagro), 5000 points inscrits sur les 8700 de son nouveau total au classement ATP… A l’image de Mats Wilander, triple vainqueur à Paris, les commentateurs sont unanimes. A une victoire du record de Björn Borg, vainqueur de six « Roland » de 1974 à 1981, l’Espagnol a un boulevard devant lui pour rester le maître de la surface ocre. Ce retour en grâce s’accompagne d’une nouvelle intelligence sur le court.

Son jeu tout en force, doublé de longs rallyes, lui avaient mis un genou à terre. Avec son oncle et entraîneur Toni, il a développé un style plus offensif, axé sur une première balle très travaillée. « Je l’ai trouvé plus pointu dans ses attaques », commente Guy Forget, capitaine de l’équipe de France de Coupe Davis qui s’apprête à en découdre avec l’armada espagnole en juillet à Clermont-Ferrand.

Federer, ce sparring-partner

Si les Français peuvent logiquement trembler, Roger Federer est lui aussi en droit de s’interroger. A presque 29 ans, le Suisse n’a, sauf nouvelle blessure de son adversaire, que très peu de chances de récupérer la place de n°1 mondial cette saison, Nadal n’ayant aucun point à défendre aux termes d’une année 2009 quasiment blanche. Battu à Madrid en finale, Federer semble réduit au rôle de sparring-partner sur terre battue. L’ancien roi du monde se dirige vers des objectifs ciblés, principalement Wimbledon, le grand rendez-vous londonien où il se sent tellement chez lui (6 victoires)…

Le Bâlois caracole encore en tête des tournois du Grands Chelems remportés (16 contre 7 pour Nadal). L’Espagnol a-t-il les moyens de lui contester ce record dans les annales du tennis ? A 24 ans, à la fin de l’année 2005, Federer ne comptait « que » cinq couronnes. Nadal peut donc voir venir, mais à condition que son physique continue d’accompagner des ambitions de plus en plus gargantuesques.

Louis Chenaille (avec E.S.)