RMC Sport

Roland-Garros: Federer a découvert le nouveau court Chatrier

Il n’avait plus mis un pied sur le court Philippe Chatrier depuis le 2 juin 2015, soit 1.449 jours et une défaite contre son compatriote Stan Wawrinka, futur vainqueur du tournoi. Roger Federer a fait son retour ce mardi sur le court central de Roland-Garros pour un entraînement d’environ deux heures avec pour sparring partner l’Argentin Diego Schwartzman.

12h05, le soleil inonde le nouveau court Chatrier à Roland-Garros. Le Suisse fait son entrée sans un regard pour la cinquantaine de privilégiés en tribunes. Des journalistes, mais aussi le personnel d’entretien qui nettoie les tribunes au tuyau d’arrosage.

Roger Federer porte une tenue crème, petit gilet sur le dos, les cheveux au vent. Après un check avec le Japonais Kei Nishikori, qui en termine avec sa session d’entraînement, le numéro 3 mondial s’assoit et jauge les tribunes face à lui. Un coup d’œil circulaire pour prendre la mesure du nouveau court... pas un sourire, il en a vu d’autres. Pourtant, les couleurs ont changé, les géraniums ne sont pas encore installés, et la configuration de l’enceinte a largement été modifiée. C’est à peine s’il échangera sur les nouvelles installations avec Ivan Ljubicic et Severin Lüthi ses entraîneurs, il est 12h07 et l’entraînement peut commencer.

Pas de gêne apparente

Un bandeau maintient ses cheveux, Federer imprime la cadence, la tribune de presse et le soleil dans son dos. Dix minutes d’échanges tranquilles en fond de court et le rythme s’accélère. Diego Schwartzman 20e mondial transpire, pas encore de trace sur le T-Shirt de Roger. Forfait pour son quart de finale contre Tsitsipas à Rome, car pas à 100% physiquement, Federer ne montre aucune gêne. Après 15 minutes et des frappes plus violentes, premier arrêt.

Changement de côté, face au soleil, le jeu de jambes s’accélère. Avec un poignet rouge, Federer essuie son front pour la première fois. Les tribunes sont plus garnies. On fait des stories sur les réseaux sociaux, deux caméras de RMC Sport tournent à plein régime, Éric Salliot qui commente les matches pour RMC n’en perd pas une miette!

12h35, pendant que Federer s’applique sur les volées, les tuyaux d’arrosage font se déplacer les spectateurs. Mais pas le vigile derrière les chaises des joueurs.

Paredes présent en tribunes

Série de coups droits croisés, Federer vise les angles, avant d’aligner une balle long de ligne, l’exercice dure 10 minutes. Dans un coin du court, Guy Forget vient observer discrètement la séance. Quatre ans qu’il attendait sa venue. Le directeur du tournoi espère sans doute que le vainqueur des Internationaux de France 2009 aille le plus loin possible!

50 minutes d’entraînement, Marion Bartoli s’installe en tribunes, Federer fait tomber le T-Shirt pour une nouvelle tenue et un nouveau bandeau. Moins chic, plus bariolée, plus jeune. Federer ne fait pas 37 ans et s’amuse à pousser des râles sur chaque frappe. Rare!

Schwartzman remporte le set d’entraînement

1h et quelques de jeu... les nuages arrivent... on passe au service. Ça va vite, très vite, et des deux côtés. Schwartzman, 1m68, avait fait trembler Nadal l’an dernier en quarts de finale. Federer n’a pas choisi n’importe qui pour se jauger sur la terre parisienne! Tiens, d’ailleurs, Leandro Paredes, milieu du PSG, est en tribunes avec Emi Rigoni, joueur du Zenith . Les deux hommes en viennent à un set d’entraînement. "Yeah, nice shot" ("Ouais, joli coup"), concède Federer sur un joli retour de Diego. Mais c’est sous quelques gouttes de pluie que le Suisse breake à 2-1.

"Tout a l’air facile avec lui", soupire Bartoli, admirative, mais partie se mettre à l’abri. La première balle est bonne, la seconde est moins bien réglée, les glissades pas encore maîtrisées, mais Federer se détache à 4-1, avant de lâcher un peu de lest. Finalement les deux hommes disputent un tie-break, ponctué de quelques éclats de rires... mais aussi d’un cri contrarié sur une balle qui s’arrête dans le filet. Schwartzman l’emporte, mais l’important était ailleurs. Federer est de retour... il se prête à la sortie du court à une séance improvisée de selfies... avant de glisser... « Le nouveau court? Il est top ». Il le retrouvera sans doute lors du premier tour, entre dimanche et mardi.

dossier :

Roger Federer

Nicolas Bensussan à Roland-Garros