RMC Sport

Roland-Garros : Le grand huit de Nadal ?

Rafael Nadal

Rafael Nadal - -

Rafael Nadal est opposé à David Ferrer en finale, ce dimanche après-midi (15 heures). L’occasion pour Nadal, grand favori qui a toujours dominé son compatriote sur terre battue, de remporter un… huitième titre en huit finales à Roland-Garros, exploit inédit en Grand Chelem.

Comment remporter deux finales en deux jours ? Voilà l’équation loufoque à laquelle va devoir répondre Rafael Nadal ce dimanche après-midi. Quarante-huit heures après l’officieuse, celle avant la lettre, un combat épique en cinq sets face au n°1 mondial Novak Djokovic, l’ogre ocre de la Porte d’Auteuil va cette fois disputer la véritable finale de Roland-Garros face à son compatriote David Ferrer. L’enjeu pour « Rafa » ? Un grand huit historique avec une possible huitième victoire en… huit finales, exploit inédit dans un tournoi du Grand Chelem. Déjà septuple vainqueur de la Coupe des Mousquetaires, Nadal s’avance en immense favori, témoin sa cote d’à peine 1,06 chez les bookmakers. Même après l’énergie dépensée en plus de quatre heures et demie au tour précédent. Même face à un spécialiste de terre battue qui s’est ouvert le chemin de sa première finale en Grand Chelem – après cinq échecs à l’étage inférieur – sans concéder le moindre set. Question de palmarès. De confrontations directes, aussi.

Car si Ferrer a vécu une quinzaine plus tranquille que Nadal, le garçon a de quoi cultiver un sévère complexe. Bilan global ? 19 victoires à 4 pour Rafa, dont un immaculé 7 sur 7 en finale (toutes sur terre battue, où Nadal compte 16 victoires en 17 matches face à Ferrer, dont le seul succès remonte à... 2004). Ecrasé par son compatriote en demi-finale de Roland-Garros l’an passé (6-2, 6-2, 6-1), Ferrer pourra toujours s’accrocher aux espoirs nés à Madrid et Rome, cette année, où il a chaque fois pris un set à Rafa. Mais David le sait bien : Nadal a encore gagné ces deux rencontres. Et il l’avait balayé lors de leur troisième match sur terre battue en 2013, un 6-0, 6-2 en finale du tournoi d’Acapulco.

Ferrer : « Rafa sera le favori »

Bref, gestion de la pression, habitude du terrain, passé, avantage psychologique sur l’adversaire, tous les voyants se teintent de vert derrière Nadal. Qui devrait, pour ne rien gâcher, être enfin le chouchou du public parisien à l’occasion de cette nouvelle finale. Alors, mission impossible pour David Ferrer ? Pas loin. « Gros avantage Nadal, bien sûr, même s’il a forcément été fatigué par sa demi-finale, juge Guy Forget, l’ancien capitaine de l’équipe de France de Coupe Davis. Ferrer l’a beaucoup accroché à Madrid et à Rome mais Nadal s’est toujours imposé. Et comment Ferrer va-t-il gérer la pression d’une première finale en Grand Chelem ? »

L’ancien joueur Fabrice Santoro va dans le même sens : « Nadal part favori parce qu’il sait exactement ce qui va se passer sur le terrain. Il sait ce que Ferrer fait très bien, comment Ferrer peut éventuellement le bousculer, donc il n’y aura pas d’effet de surprise. » Même l’intéressé semble partager l’opinion répandue, malgré le refus de s’avouer vaincu. « Rafa sera le favori mais je vais m'accrocher sur chaque point et donner le meilleur de moi-même, lance Ferrer. Je vais me battre. » Seul l’ex-demi-finaliste de Roland-Garros, Cédric Pioline, semble nuancer la chose au point d’imaginer un match accroché, sans toutefois nier l’évidence : « Sur le papier, Nadal reste le favori. Mais il y aura match : Ferrer s’est qualifié sans perdre un seul set, donc il arrive frais, et Rafa a laissé de l’énergie dans cette demie qui avait l’intensité d’une finale. Comment va-t-il récupérer ? » Réponse ce dimanche dès 15 heures. 

A lire aussi :

>> Roland-Garros : Rendez-vous manqué pour Tsonga

>> Nadal : "Aujourd'hui, c'était pour moi"

>> Roland-Garros : Insubmersible Nadal

dossier :

Rafael Nadal

Alexandre Herbinet avec R. M.