RMC Sport

Roland-Garros : Nadal a-t-il une chance ?

Encore battu par Stan Wawrinka vendredi en quarts de finale du Masters 1000 de Rome, Rafael Nadal a concédé sa cinquième défaite sur terre battue de la saison. Suffisant pour remettre en questions le règne de l’Espagnol à Roland-Garros, qui débute dans une semaine ?

La machine Rafael Nadal est-elle cassée ? Pour la première fois de sa carrière, l’Espagnol va débarquer à Roland-Garros sans avoir le moindre titre européen sur terre battue dans la besace. Sorti en demi-finale à Monte-Carlo face à Novak Djokovic (6-3, 6-3), éjecté dès le deuxième tour à Barcelone par Fabio Fognini (6-4, 7-6), corrigé en finale à Madrid par Andy Murray (6-3, 6-2) et dernièrement stoppé par Stan Wawrinka en quarts de finale à Rome (7-6, 6-2), le Majorquin ne fait plus peur sur le circuit et semble plus que jamais friable. Pour la première fois depuis dix ans, le nonuple vainqueur de Roland-Garros va se présenter dans la capitale française sans avoir remporté le moindre Masters 1000 cette saison. 

« Je ne pense pas qu’il y ait le feu à la maison Nadal, explique le Français Julien Benneteau dans les Grandes Gueules du Sport sur RMC. Il arrive moins bien que ces dix dernières années, c’est sûr. Parce que depuis 2005, il a gagné Roland-Garros tous les ans sauf en 2009 et à chaque fois, il avait gagné soit Monte Carlo, soit Madrid, soit Rome voire les trois. C’était vraiment le plus grand joueur sur terre battue. Cette année, il doute plus. » Si le printemps 2015 de « Rafa » s’annonçait effectivement périlleux, en raison d’un état de forme inquiétant (pépins physiques à répétition), ses cinq défaites sur terre battue ne sont pas venues rassurer ses fans. 

Mauresmo : « Nadal a les moyens de remporter Roland »

Le roi de la terre abordera aussi le deuxième Majeur de l’année sans figurer dans le Top 4 mondial pour la première fois depuis 2005. Suffisant pour effacer le nom de l’Espagnol de la liste des favoris au titre final ? Amélie Mauresmo reste très méfiante concernant le réveil de celui qui affiche 66 victoires pour une seule défaite aux Internationaux de France, rien que ça. « Oui, Nadal a les moyens (de gagner Roland-Garros, ndlr), assure la capitaine de l’équipe de France de Fed Cup et coach d’Andy Murray. Il ne faut jamais le mettre de côté sur terre battue, encore moins que sur les autres surfaces. Ce serait une erreur de penser qu’il ne va pas dans deux, trois semaines retrouver son meilleur niveau. »

Depuis son neuvième sacre à Roland-Garros l’année dernière, l’actuel 7e mondial n’a remporté qu’un seul petit tournoi, à Buenos Aires en mars dernier face à Juan Monaco (6-4, 6-1). Même en 2009, année de sa fameuse passation de pouvoir (défaite en huitième de finale face à Robin Söderling), Rafael Nadal avait triomphé à Rome, Monte-Carlo et Barcelone. « Nadal a eu des pépins physiques l’année passée, ça lui a pris du temps pour revenir, rappelle Julien Benneteau. Physiquement, il le dit, ça va bien mieux. Mais il a moins de confiance. Je pense aussi que les joueurs le jouent mieux tactiquement et ont moins peur d’aller l’agresser. Il joue plus court qu’avant. En revanche, pour moi, il n’y a pas le feu parce que le battre en cinq sets à Roland-Garros, ça reste compliqué. C’est comme aller jouer les Blacks chez eux en rugby. »

dossier :

Rafael Nadal

RMC Sport