RMC Sport

Roland-Garros : Nadal reste le maître

Rafael Nadal

Rafael Nadal - -

Rafael Nadal a remporté dimanche son neuvième Roland-Garros en battant Novak Djokovic en finale (3-6, 7-5, 6-2, 6-4). Avec 14 titres du Grand Chelem, l’Espagnol rejoint Pete Sampras, à trois longueurs du recordman Roger Federer.

La montagne était trop haute. Et elle a encore pris une nouvelle dimension. Novak Djokovic a pourtant bien cru pouvoir la gravir et y planter le drapeau serbe, pour enlever son premier Roland-Garros, le seul Grand Chelem manquant à son palmarès. Mais voilà, Rafael Nadal s’est une nouvelle fois montré impitoyable, parvenant à placer une neuvième banderille Porte d’Auteuil, la cinquième consécutive.

Après 44 minutes de jeu sur le Central, c’est pourtant Novak Djokovic qui a le vent en poupe. Impérial sous les 28°C qui plombent le court Central, le n°2 mondial agresse Nadal sur son coup droit et remporte le premier set (6-3). Le Serbe, qui a remporté ses quatre derniers duels face à Nadal, dont la finale du Masters 1000 de Rome en mai, parait intouchable. Mais voilà, à Roland-Garros, Nadal n’a perdu qu’une rencontre en dix participations et Djokovic avait fait les frais du Majorquin lors de leurs cinq confrontations, comme lors de la finale 2012 et une demi-finale d’anthologie l’an passé (perdue 9-7 au cinquième set).

Il reste n°1 mondial

En fin de deuxième manche, Nadal se rapproche de sa ligne de fond de court, reprend les commandes de l’échange, lifte plus fort et égalise à un set partout (7-5). Le Serbe est bousculé, l’histoire va basculer. De moins en moins précis dans ses attaques et son jeu de jambes, « Nole » est dépassé et se révèle impuissant lors de la troisième manche. A chaque point perdu, il lance un regard perdu vers son clan. Djokovic ne fait guère illusion, son destin est scellé.

En quatre sets (3-6, 7-5, 6-2, 6-4) et 3h31 de jeu, Nadal s’adjuge la Coupe des Mousquetaires. « C’est incroyable de gagner neuf fois ici, s’exclame Toni Nadal, son oncle et entraîneur de toujours. Cette année, nous sommes arrivés avec une défaite à Monte-Carlo (en quarts contre Ferrer), une défaite à Barcelone (en quarts contre Almagro), une petite victoire à Madrid (abandon de Nishikori en finale) et une défaite à Rome (contre Djokovic en finale). Il n’était pas très bon avant d’arriver ici. C’est la vérité. Mais c’était ici le plus important et il a été le meilleur. »

Après s’être loupé en finale de l’Open d’Australie contre Stanislas Wawrinka, en janvier dernier, le Taureau de Manacor s’adjuge un quatorzième tournoi du Grand Chelem et revient ainsi à hauteur de Pete Sampras. Le recordman Roger Federer ne compte plus que trois longueurs d’avance sur l’Espagnol de 28 ans. Les contre-performances et les douleurs au dos semblent désormais bien loin. Nadal demeure au sommet du tennis mondial et en tutoie l’histoire.

A lire aussi :

>> Djokovic : « Rafa a été meilleur »

>> Murray, le nouveau défi de Mauresmo

>> L'actu du tennis

dossier :

Rafael Nadal

J.B.