RMC Sport

US Open : Gasquet face à l’Everest Nadal

Richard Gasquet affronte Rafael Nadal en finale de l'US Open

Richard Gasquet affronte Rafael Nadal en finale de l'US Open - -

Richard Gasquet affronte un Rafael Nadal au sommet de son art, ce samedi en demi-finales de l’US Open (pas avant 20h50 heure française). Un défi immense qu’il aborde, en dépit des statistiques, avec beaucoup de détermination.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les statistiques ne plaident pas exactement en sa faveur. Alors Richard Gasquet s’accroche à ce qu’il peut : « En 1999, j’ai mené 1-0 dans mes face-à-face contre Nadal (rires) ». A 13 ans, à Tarbes, le Français s’était offert le Majorquin avant de remporter le Tournoi des Petits As. « Depuis, je n’ose pas calculer le nombre de fois où il m’a battu ». Dix, précisément, en… dix confrontations sur le circuit pro (si on excepte une victoire sur abandon au Challenger de Saint-Jean-de-Luz, en 2003).

Comprenez : contre un Nadal aux références béton cette saison (invaincu sur ciment avec des victoires aux Masters 1000 d’Indian Wells, Montréal et Cincinnati), le Biterrois s’attaque à un mur, en demi-finale de l’US Open. Et il ne le sait que trop : « C’est un joueur monstrueux, il n’y a rien d’autre à dire, avoue Gasquet, lucide. Certainement le meilleur joueur de tous les temps avec Federer. C’est le favori, c’est sûr. Contre lui, on a beau connaître la tactique à adopter, personne n’arrive à la mettre en place. Il a une puissance phénoménale. »

Si Gasquet remportait le Tournoi des Petits As un an avant son adversaire, depuis, Nadal a pris ce que l’on considérera poliment comme… une certaine avance sur le Français. Face aux 59 titres (dont 26 Masters 1000 et 12 Grands Chelems), le Français ne souffre pas vraiment la comparaison (9 titres). Mais lui qui a fait de son épopée américaine une croisade contre ses vieux démons (victoire en 8e de finale après 11 échecs de rang, victoire contre Ferrer après 8 défaites en 9 matches) est loin de partir battu d’avance.

Gasquet : « Je dois croire en mes chances »

« A moi d’aller sur le court en étant persuadé que je peux gagner, explique Richard Gasquet. Je sais ce que je dois faire pour l’embêter, même si je n’ai jamais réussi. Il faudra faire un match parfait, et se faire plaisir malgré tout. Jouer une demie ici contre Nadal, c’est énorme ». Si la démonstration réalisée en quart de finale par le numéro 2 mondial contre Robredo (6-2, 6-0, 6-0) n’incite pas spécialement à l’optimisme, Patrice Dominguez estime que le Gasquet nouveau a bien des arguments à faire valoir.

« Gasquet a eu deux jours pour récupérer, c’est un petit avantage pour lui, analyse notre consultant tennis. A la fin de son match contre Ferrer, il n’a pas exulté, et on a bien compris que le tournoi ne s’arrêtait pas là pour lui. Nadal, c’est une marche supérieure, mais on se souvient qu’au début de leur carrière, Nadal et Gasquet n’étaient pas si loin l’un de l’autre. C’était au moment où Richard était dans le même état d’esprit que celui qu’il possède aujourd’hui. » A lui de démontrer ce samedi soir qu’il a toujours ses jambes de 13 ans !

dossier :

Rafael Nadal

A.T. avec E.S. à New York