RMC Sport

Benoît Paire fait son mea culpa : "J’étais un peu bête"

Benoit Paire

Benoit Paire - AFP

Qualifié pour les 8es de finale de Wimbledon pour la première fois, Benoît Paire est revenu sur sa carrière chaotique, marquée par des coups de sang et des polémiques. Et le Français a fait son mea culpa.

Benoît Paire a-t-il changé ? Après sa qualification pour les 8es de finale de Wimbledon ce vendredi, il est revenu sur cette carrière jusque-là plutôt chaotique qu’il était en train de mener. Des cassages de raquettes en séries, des coups de gueule, des polémiques… Le Français, 28 ans (46e mondial), fait son mea culpa pour la première fois. Il semble vouloir tourner une page et aborder désormais plus sereinement les grands rendez-vous. Justement, un immense défi l’attend en quarts. Andy Murray, n°1 mondial et tenant du titre à Wimbledon.

Son mea culpa

"J’étais un peu bête. J’étais stupide par moments, dans ma façon de penser, dans ma façon de raisonner sur le tennis. Et maintenant, je le vois vraiment d’une façon différente. J’arrive à aborder le tennis en me disant que c’est un honneur de jouer sur les grands courts, sur les tournois du Grand Chelem, de faire cette vie. C’est quelque chose que beaucoup de personnes rêveraient d’avoir, même si ce n’est pas facile tours les jours… On ne voit pas souvent la famille, les personnes qu’on aime."

A voir aussi >> Benoît Paire: "On ne parle que des pétages de plomb, mais tous les autres matchs sont parfaits"

Ses regrets pour les JO et Pouille

"Pour les Jeux olympiques, j’ai des torts. Oui, tout n’était pas parfait dans l’organisation. Mais moi aussi, j’ai (fait) des erreurs. Sur ce qu’il s’est passé avec Lucas (Pouille) par exemple aussi (qui serait allé aux JO si Benoît Paire avait refusé, ndlr), c’est un joueur qui joue très bien au tennis, qui a tout pour aller très loin, qui va faire une carrière exceptionnelle. Je ne me suis pas forcément très bien comporté (un gros accrochage en finale d’un Challenger en 2015, ndlr). On ne s’est pas forcément compris sur des choses mais y a des moments où faut savoir relativiser un peu tout, se dire que c’est que du tennis. Il faut savoir être des hommes, être forts et se dire aussi quand ça ne va pas et quand on fait des erreurs. Je pense que c’est là-dessus qu’il faut évoluer encore."

Son rêve de Coupe Davis

"La Coupe Davis, c’est très loin. C’est dur d’en parler sachant que je n’ai jamais été sectionné, que j’ai jamais été approché. Je suis très loin d’en faire partie, de ce groupe. Tout le monde le sait, tout le monde le voit. Même quand y a des blessés, je suis très loin d’ne faire partie. Bien sûr, la Coupe Davis, c’est un rêve. Pour l’instant, on me prive de ce rêve, peut-être parce que je n’avais pas la bonne attitude, parce que je n’avais pas fait tout ce qu’il fallait. Mais de ce côté-là, je ne suis pas forcément le seul (à ne pas être) irréprochable."

LP avec ES