RMC Sport

Vendée Globe: la direction inflexible sur les compensations, malgré le risque d’une arrivée cruelle

Pour avoir sauvé et aidé aux recherches lors du naufrage de Kevin Escoffier, trois skippers du Vendée Globe ont reçu des compensations horaires qui pourraient offrir la victoire à deux d’entre eux, sans qu'il n'ait à passer la ligne en premier. Bien qu’elle soit cruelle, la direction de course n’a pas l’intention de déroger à cette règle.

"Cet arbitrage, il est sans appel." A 48 heures de l’arrivée du Vendée Globe, le directeur de course, Jacques Caraës, est inflexible. Il ne compte pas revenir sur les compensations de temps accordées aux trois marins qui se sont déroutés pour porter secours au naufragé Kevin Escoffier. Jean Le Cam (Yes We Cam !), Yannick Bestaven (Maître Coq IV) et Boris Herrmann (Seaexplorer-Yacht Club de Monaco) ont reçu des compensations horaires qui seront appliquées après leur arrivée. 

Si Le Cam est trop loin pour jouer la gagne, Herrmann et Bestaven sont dans le même groupe des cinq premiers qui se tiennent dans un mouchoir de poche. Bestaven a eu dix heures et quinze minutes et l'Allemand Herrmann a bénéficié de six heures. L’actuel leader de la course, Charlie Dalin, peut craindre de connaître un cruel destin mercredi, en perdant le Vendée Globe après avoir franchi la ligne d’arrivée le premier.

Desjoyeaux ne comprend pas la réaction de Ruyant

"Je comprends bien que ça sera difficile pour celui qui arrive en temps réel de laisser sa place victorieuse à celui qui est arrivé derrière lui, mais ce sont aussi les valeurs de ce sport, a déclaré Jacques Caraës ce lundi au micro de RMC Sport. Je connais le respect des marins entre eux. Je pense qu’ils ne mettront jamais en doute cette capacité de donner des bonifications à ce sauvetage." Thomas Ruyant, qui se verrait bien finir sur le podium, a proposé un reclassement des ex-aequo, de sorte que les marins bénéficiant de compensations et les autres partagent la même place si nécessaire.

Double vainqueur du Vendée Globe, Michel Desjoyeaux avoue ne pas comprendre cette proposition: "C’est frustrant. Et je ne voudrais pas être à la place de celui qui va couper la ligne en premier. Mais le jury n’a pas fait de cadeau. Il a estimé que son calcul était juste. D’une certaine façon, il est là pour rendre le droit, comme un jury doit le faire. Si on se retrouve avec ce cas de figure d’un concurrent qui passe devant un autre après jury, forcément, ce sera une grosse frustration, une grosse déception pour les deux. Mais ce sera accepté, c’est tout à fait normal. Le temps fera son affaire et ce sera plus facile à digérer. N’oubliez pas que finir un Vendée Globe en course, c’est déjà quelque chose d’exceptionnel."

dossier :

Vendée Globe

QM avec PYL et ML