RMC Sport

F1: Mercedes débouté, pas de réexamen de l'incident Hamilton-Verstappen au Brésil

La défense de Max Verstappen (Red Bull) contre la tentative de dépassement de Lewis Hamilton (Mercedes) au GP du Brésil de Formule 1 ne sera pas réexaminée. Le recours de Mercedes a été rejeté, ont indiqué vendredi les commissaires de la FIA.

Il n'y aura définitivement pas de pénalité pour Max Verstappen. Les commissaires de course de la Fédération internationale de l'automobile (FIA) ont rejeté ce vendredi la requête de Mercedes, qui demandait le réexamen de la défense litigieuse du pilote Red Bull sur Lewis Hamilton lors du Grand Prix du Brésil.

Au 48e tour du GP de Sao Paulo, attaqué par l'extérieur au virage 4, Verstappen a défendu et conduit son adversaire - et lui-même - sur le dégagement hors des limites de la piste, pendant un court instant. Sur le coup, les commissaires n'ont pas jugé nécessaire d'enquêter sur l'incident, estimant qu'il s'agissait d'un fait de course, et Hamilton a fini par dépasser Verstappen pour gagner le GP.

Les nouveaux éléments insuffisamment significatifs

Mais Mercedes avait demandé mardi un réexamen de la décision, espérant une sanction a posteriori contre Verstappen et Red Bull. L'écurie, entendue jeudi comme Red Bull par les instances, a versé au dossier des images de caméras embarquées de la monoplace de Verstappen.

Si cette séquence est "nouvelle", "non disponible au moment de la décision" et "pertinente", elle n'est pas "significative", ont expliqué les commissaires, relevant qu'il fallait que la preuve avancée réponde à ces quatre points pour que la requête soit retenue. "Les commissaires estiment que la séquence ne montre rien de spécial qui soit particulièrement différent des autres angles dont ils disposaient (au moment de la décision), ou qui modifie particulièrement leur décision qui était basée sur la séquence initialement disponible", ont-ils développé.

Red Bull: "Cela aurait ouvert la boîte de Pandore"

"Nous nous y attendions complétement", a réagi le patron de l'écurie Mercedes Toto Wolff, en conférence de presse, à Doha pour le GP du Qatar, au moment où la décision a été rendue. "Nous voulions déclencher les discussions à ce sujet, car ce sera probablement un thème dans les trois prochaines courses, donc l'objectif est atteint", a ajouté l'Autrichien, assurant que l'objectif n'était pas d'obtenir de sanctions contre ses rivaux.

Pour son homologue de Red Bull, Christian Horner, présent à ses côtés en conférence de presse, "c'est évidemment la bonne décision, sinon cela aurait ouvert la boîte de Pandore concernant tout un tas d'autres incidents".

Hamilton est deuxième du championnat à 14 points de Verstappen, avant les dernières courses au Qatar, en Arabie saoudite et à Abou Dhabi.

JA avec AFP