RMC Sport

Grand Prix de France: les enjeux du week-end au Castellet

Bottas mis sous pression par Hamilton, Vettel observé après la polémique de la pénalité au Canada, Renault dans l'expectative... Les enjeux sont nombreux pour ce Grand Prix de France 2019 de Formule 1, dont le départ de la course sera donné dimanche 23 juin à 15h10.

L'ouverture du deuxième tiers de la saison constitue déjà un rendez-vous crucial pour certains. Le circuit Paul-Ricard, au Castellet (Var), accueille le Grand Prix de France de Formule 1 du 21 au 23 juin. Le départ de la course sera donné dimanche à 15h10.

L'an dernier, Lewis Hamilton (Mercedes) s'était imposé devant son coéquipier Valtteri Bottas. Un scénario qui risque bien de se reproduire, au vu de la domination de l'écurie allemande. Mais au-delà de la bataille entre les deux rivaux, d'autres performances seront à observer durant le week-end. Ci-dessous, voici les principaux enjeux.

Bottas doit recoller pour y croire encore

Certes, il restera encore 13 courses. Mais en cas de contre-performance en France, Valtteri Bottas risque bien de devoir oublier prématurément la bataille pour le titre de champion du monde avec Lewis Hamilton. Après un début de saison canon, le Finlandais de Mercedes semble marquer le pas et se fait progressivement distancer. À Monaco, après avoir vu la pole lui passer sous le nez, il a seulement fini troisième. Au Canada, il a terminé quatrième, ce qui le met à 29 points de son coéquipier qui reste sur trois victoires consécutives. Bonne nouvelle à l'issue de la première séance d'essais libres: seulement 69 centièmes séparaient les deux Flèches d'argent.

L'attitude de Vettel à surveiller

Il n'y a que peu de chances de voir Ferrari rivaliser avec Mercedes sur ce tracé qui sollicite beaucoup le châssis dans les virages, ce qui constitue le point faible de la Scuderia. Sebastian Vettel ne devrait donc, a priori, pas être en mesure de jouer la victoire. Son comportement sur la piste sera néanmoins à étudier, deux semaines après le Grand Prix du Canada durant lequel il a écopé d'une pénalité controversée l'ayant privé de la victoire.

Renault, confirmation espérée à domicile

"C'est clairement un soulagement de savoir que nous sommes capables de montrer au monde extérieur ce que nous savons être en train de se produire". Le directeur d'équipe de Renault Cyril Abiteboul, interrogé par Motorsport, ne cache pas son soulagement, car le début de saison a été largement gâché par des problèmes de fiabilité. Les bons résultats au Canada (Ricciardo 6e, Hulkenberg 7e) ont cependant permis à Renault de revenir à deux petites unités de la 4e place occupée par McLaren-Honda au championnat constructeurs. "Je crois en mes ingénieurs, la corrélation entre la piste et la soufflerie est bonne, assure Nico Hulkenberg. Tout devrait aller pour le mieux, ils ont toujours répondu présent quand il le fallait, il n’y a aucune raison de douter mais on doit attendre la confirmation sur la piste".

Gasly attendu au tournant

52 points de retard sur Max Verstappen. Pour l'heure, la comparaison est dure pour Pierre Gasly. Arrivé chez Red Bull en début de saison, le pilote de 23 ans doit impérativement hausser le rythme pour ne pas voir sa situation se fragiliser. Car la maison autrichienne n'est pas connue pour être très tendre avec ses pilotes. Pour l'heure, le Français va bénéficier d'une nouvelle version de son moteur qui le mettra peut-être plus à l'aise en course.

dossier :

Lewis Hamilton

Julien Absalon