RMC Sport

L’étonnante histoire d’Alexis Giroud, jeune boucher qui a bluffé des stars de F1

Boucher à Marseille, Alexis Giroud, 21 ans, a participé à des sélections organisées par Jacques Villeneuve mardi sur le circuit de Magny-Cours. S'il a échoué de peu en finale, il a tapé dans l'oeil de l'ancien champion du monde de Formule 1 et d'Olivier Panis.

De la boucherie aux circuits de sport automobile… Alexis Giroud, 21 ans, a réalisé cet improbable grand écart. Pour ce jeune boucher de Marseille, rien ne laissait présager d’une telle trajectoire. Passionné de vitesse et de kart, un sport qu’il pratique depuis à peine deux ans, celui qui travaille dans une boucherie familiale, avec son papa, a le déclic un matin, en entendant une annonce à la radio. Une école de sport automobile vient d’ouvrir ses portes. "Jacques Villeneuve cherche des pilotes de Formule 1", se souvient le jeune boucher.

De la boucherie familiale à Magny-Court

Agé de 48 ans, le champion du monde de F1 canadien (1997) est en quête de talents pour créer une équipe, Feed Racing. Alexis Giroud saute sur l’occasion. Il s’inscrit et passe avec brio toutes les qualifications. Il tient son ticket pour la finale sur le légendaire circuit de Magny-Cours.

"Le but premier est de décrocher le contrat, la saison en Formule 4", dit-il alors des étoiles dans les yeux. De quoi susciter de la fierté mais aussi un peu d'inquiétude pour son père: "S’il est pris, je vais le perdre, mais je serai toujours heureux pour lui, même si je perds mon fils au travail."

"Un beau rêve éveillé même si la fin est un peu tragique"

Le jour J, la pression est immense. Sont présent Jacques Villeneuve mais aussi Olivier Panis, dernier pilote français à avoir gagné un Grand Prix de F1 (à Monaco en 1996). Malgré leurs précieux conseils, Alexis Giroud échoue pour quelques centièmes aux portes de la finale.

"Je suis forcément déçu, perdre pour si peu, soupire Alexis. C’était encore une chance de prouver de quoi j’étais capable. On va attendre que la pression redescende. C’est vraiment un beau rêve éveillé même si la fin est un peu tragique."

Olivier Panis "bluffé"

Malgré sa déception, le Français repart de Magny-Cours avec la troisème place de l’épreuve. Mais surtout avec les éloges et le soutien prometteur de Jacques Villeneuve et Olivier Panis. "On n’arrivait pas à croire qu’il n’avait jamais piloté, commente, admiratif, le premier. C’était plus propre que les pilotes qui arrivaient du kart. On s’est rendu compte qu’il sentait la voiture, qu’il était à l’écoute. Sa marge de progression est énorme donc j’espère qu’il va y avoir moyen de l’aider."

"Honnêtement, je suis bluffé, enchaîne Olivier Panis. J’en ai vu des jeunes qui arrivaient avec une petite expérience, mais lui est arrivé avec zéro expérience. Et d’arriver au niveau où il est arrivé avec cette école de pilotage, c’est juste bluffant, c’est un des gamins que je vais essayer de regarder de près." En attendant de réaliser, un jour peut-être, son rêve de conduire une voiture au niveau professionnel, Alexis Giroud est retourné bosser dans sa boucherie à Marseille. Avec son père.

AB avec JO et LM