RMC Sport

Ocon tacle à son tour Perez, "dans une période décisive de sa carrière"

Esteban Ocon

Esteban Ocon - AFP

Coéquipiers chez Force-India, Esteban Ocon et Sergio Pérez se sont percutés lors du dernier Grand Prix d’Azerbaïdjan. Les deux pilotes se sont rejetés la faute, et chacun y est allé de sa petite pique envers l’autre. Le pilote français revient sur cet incident, et sur sa rivalité naissante avec le Mexicain avant le GP d'Autriche de dimanche.

Le débrief de l’incident de Bakou

"Il n’y a pas eu vraiment de grandes discussions. Mais par contre, j’ai pris un vol après la course pour aller discuter avec l’équipe, le temps que tout le monde se fasse son point de vue, regarde les données… Ils ont regardé les datas. Ils ont préparé un beau document et, à la fin, on est arrivés à la conclusion que c’était du 50-50. Il y’avait une partie de ma faute, il y’avait une partie de la faute de Sergio et ce n’était pas soit l’un, soit l’autre. C’était un incident de course et il ne faut pas que ça se reproduise, ça c’est clair."

A lire aussi >> GP d’Azerbaïdjan: tension extrême entre Ocon et Perez qui se rejettent la faute

L’ambiance chez Force-India

"L’ambiance est toujours la même. On se parle normalement. Il n’y a pas de tensions, on se dit bonjour. Et c’est ce qu’il faut à l’intérieur de l’équipe, qu’on continue à travailler de la même façon. On ne peut pas risquer de perdre plus de points. D’autant plus qu’il y’a Williams qui arrive très fort, avec des nouvelles pièces. Stroll est en bonne forme en ce moment aussi, on l’a vu au GP d’Azerbaïdjan. Donc voilà, on ne peut pas risquer de perdre des points et il faut qu’on continue à bien travailler."

A lire aussi >> VIDEO. GP d'Azerbaïdjan: ça a encore chauffé entre Ocon et Perez

La réponse d’Ocon sur son "inexpérience" dénoncée par le Mexicain

"Je ne répondrai pas vraiment à ça. Parce que c’est petit. Mais voilà, ça fait plus de 40 courses en monoplace de suite que je finis. Je suis champion d’Europe de Formule 3, champion du monde de GP3, c’est plus de titres que lui n’a jamais gagné. C’est sûr, j’ai moins d’expérience que lui en F1, mais ce n’est pas le problème. En tout cas, l’équipe est d’accord sur le fait que c’est du 50-50 sur l’incident (au GP d’Azerbaïdjan)."

Une rivalité Ocon-Pérez naissante ?

"C’est normal, on est deux pilotes qui poussent vraiment pour avoir un résultat. Lui, il est dans une période décisive de sa carrière : c’est maintenant ou jamais. Et voilà, tout ça fait qu’il y’a un peu de pression et de rivalité. Moi, je n’ai pas de pression. Moi, je vais très bien. Forcément, plus je vais prendre de l’expérience, plus je vais me sentir de mieux en mieux et je vais être de plus en plus présent. Donc oui, ce n’est pas fini, c’est clair. Mais bon, il ne faut pas que ça se reproduise comme ça."

A lire aussi >> F1: La passe d'armes Ocon-Perez n'est pas oubliée

VIDEO. Ocon : "Un rêve de gosse qui va s’accomplir"

D.W avec L.A