RMC Sport

Palmarès, personnalité... quelle place pour Lewis Hamilton dans l’histoire de la F1?

En décrochant son 6e titre de champion du monde dimanche à l’issue du Grand Prix des Etats-Unis, le Britannique Lewis Hamilton est devenu le 2e plus grand pilote de tous les temps. Si le champion de chez Mercedes rêve désormais d’égaler le record de Michael Schumacher (7 titres), il a d’ores-et-déjà marqué l’histoire de son sport.

C’était il y a 15 ans. En 2004, Michael Schumacher décrochait son 7e titre de champion du monde de F1 au volant de sa Ferrari. Un record qu’on pensait presque intouchable. C’était sans compter sur le talent de Lewis Hamilton. Si le Britannique n’a pas encore rejoint l’Allemand, il n’est plus qu’à un titre depuis dimanche et sa 2e place à Austin au Grand Prix des Etats-Unis.

Six titres en 12 ans

Avec ce 6e sacre mondial, le troisième de rang, il devance désormais le légendaire pilote argentin Fangio (5 titres entre 1951 et 1957) dans l’histoire du plus prestigieux des sports automobiles. Ce dernier a réalisé son exploit en 8 ans. Du lourd. Lewis Hamilton, c'est six sacres en 12 ans alors que Michael Schumacher n'a été titré "que" sept fois dans une carrière longue de 21 ans. Une réussite incroyable qui ne donne toujours pas le tournis au Britannique: "J'ai toujours dit que d'atteindre le record de Michael (Schumacher) n'est pas un objectif, assure le Britannique. Je ne suis pas versé dans les records et ce genre de choses. J'ai longtemps pensé que c'était très loin et maintenant, même si c'est très proche, cela me semble toujours très loin. Cela prend longtemps pour dominer un sujet et j'ai l'impression que j'ai encore des choses à apprendre."

Il fait l'unanimité chez ses pairs

Hamilton peut jouer les modeste. A 34 ans, celui qui a été couronné une fois avec McLaren (2008) et cinq fois avec Mercedes (2014, 2015, 2017, 2018, 2019) marque déjà l’histoire de son sport. Au même titre que "Schumi" ou Fangio avant lui. "La première fois que j’ai regardé de la Formule 1 à la télévision, il était déjà là, note son jeune compatriote Lando Norris (19 ans, McLaren). J’étais fan de McLaren et de Lewis parce qu’il a rejoint l’équipe à ses débuts. Je l’ai regardé pendant treize ans", souligne-t-il se réjouissant d’avoir "l’opportunité d’être sur la piste en même temps que lui et dans la même course." Adoubé par ses pairs, Hamilton fait l’unanimité. "C’est une légende" pour le Français Pierre Gasly. "Il a seulement six titres, interroge en souriant Hülkenberg. Il devrait en avoir dix aujourd’hui. Félicitations! Mercedes et lui, c’est un duo imbattable pour le moment et depuis de nombreuses années."

Un pilote qui marque par ses prises de position

Les mauvaises langues diront effectivement que le Britannique avait une voiture une trop puissante pour ses rivaux. Au volant de leurs Mercedes, lui et son partenaire Valtteri Bottas ont raflé la victoire lors de 14 Grands Prix sur 19 cette saison. Dont 10 pour Hamilton. Alors faut-il tempérer l’euphorie autour du Britannique? "Vous allez dire que c'est ennuyeux et je comprends tout à fait", déclarait en juin l’intéressé qui marque aussi l’histoire de la F1 par ses prises de position, notamment sur la défense de l'environnement et le réchauffement climatique. Mais ne le reprochez pas aux pilotes. Nous n'écrivons pas les règlements. Mettez plutôt la pression sur les décideurs qui devraient faire leur travail. Cela fait de nombreuses années qu'ils font des erreurs."

"Mon moteur? Je ne lâche jamais"

Message entendu. La FIA vient d’adopter des nouvelles règles censées renforcer l’attractivité de la F1. L’instauration de ce nouveau règlement est programmée pour 2021. Même si son contrat avec Mercedes s’achève en 2020, Lewis Hamilton a clairement laissé entendre qu’il sera toujours là dans deux ans. Avec le record de Schumacher dans la poche? Peut-être. Il faudra en tout cas encore compter sur sa soif de victoires: "Quand j’avais six ou sept ans, on me disait toujours de ne rien lâcher, c’est mon moteur, je ne lâche jamais. Je voulais gagner aujourd’hui encore, mais je n’avais pas les pneus pour cela. Jusqu’où je peux aller maintenant? Je ne sais pas, mais je me sens toujours frais, je me sens prêt pour la prochaine course, alors on va continuer de pousser, on ne va rien lâcher." 

dossier :

Lewis Hamilton

AB avec LV à Austin