RMC Sport

Coronavirus: "Sans fans, je ne joue pas" menace LeBron James

L’épidémie de coronavirus se propage à travers les Etats-Unis depuis quelques jours. Comme en Europe, les événements sportifs pourraient être disputés à huis clos. Une situation inimaginable pour LeBron James, qui a martelé qu’il ne jouerait pas si les fans des Lakers et de la NBA ne se trouvaient pas en tribunes.

Voilà une sortie qui risque de beaucoup faire réagir aux Etats-Unis. Face à la propagation du coronavirus de l’autre côté de l’Atlantique, les autorités sanitaires envisage de prendre des mesures pour limiter les risques de contamination. Et comme souvent, les rencontres sportives pourraient être impactées. 

La NBA a déjà pris les devants et a rappelé certaines normes d’hygiène pour lutter contre l’épidémie mais songent également à disputer une partie de la saison à huis clos. Après la victoire des Lakers contre Milwaukee (113-103) dans la nuit de vendredi à samedi, la star de la franchise californienne a affirmé qu’il refuserait de jouer dans une salle vide.

James: "Jouer sans fans? C'est impossible!"

Leaders de la conférence Ouest et qualifiés pour les play-offs, les Lakers restent sur 23 victoires (pour 7 défaites) à domicile cette saison et s’appuient sur un énorme soutien du public californien. 

"Jouer des matchs sans les fans? Non c’est impossible! Je ne jouerais pas, a lancé LeBron James provoquant les sourires des journalistes présents au Staples Center. Les gens dans le public, c’est pour eux que je joue. Je joue pour mes coéquipiers, je joue pour les fans, c’est de ça qu’il s’agit. Si je débarque sur le parquet et qu’il n’y a pas de fans, je ne joue pas. Ils [les dirigeants de la NBA] peuvent faire ce qu’ils veulent."

Comme galvanisé par la présence des fans, LeBron James entend bien se nourrir des clameurs de la foule pour guider Los Angeles vers un titre NBA attendu depuis 2010. 

Dix années pendant lesquelles les supporters des Lakers ont répondu présent. En 2020, coronavirus ou pas, "King James" compte bien leur faire honneur.

Jean-Guy Lebreton