RMC Sport

NBA: "Tout ce qu'il s'est passé m'a aidé à franchir un cap", promet Gobert

Suspendue depuis mars, la NBA reprendra ses droits dans la nuit de jeudi à vendredi à Orlando. Premier joueur testé positif au coronavirus, le pivot français du Jazz d'Utah Rudy Gobert a répondu aux questions de RMC Sport depuis la "bulle" floridienne. Le géant de 28 ans raconte ses derniers mois, et ses objectifs avant les playoffs. Avec énormément d'appétit.

L'excitation avant la reprise

"Ça fait plaisir de retrouver les parquets après quatre mois sans basket, même si ces quatre mois ont été riches en aventure. Je pense que pour les fans, pour nous, ça fait du bien de retrouver les parquets. Il y a une effervescence et à juste titre: la NBA est la meilleure ligue au monde, tout simplement."

Ses sensations et son niveau actuel

"J’avais l’opportunité de m’entraîner chez moi individuellement, j’ai pu garder la forme malgré tout. Quand j’ai repris, j’appréhendais un peu le fait de rejouer à 5 contre 5 physiquement, mais quand on a fait des matchs d’entraînement je me suis senti bien. J’étais content, et j’ai pu monter en puissance jusqu’à aujourd’hui."

Son esprit de revanche après le "bad buzz" de mars

"Je suis à un stade où je dois monter à un niveau supérieur. Je pense que tout ce qu’il s’est passé (il a été accusé d’imprudence avant d’être testé positif au Covid-19, ndlr) m’a aidé psychologiquement à franchir un autre cap. Ça va être à moi de le montrer sur ces prochains mois. Est-ce que je suis revanchard? D’une certaine manière, oui. Je sens que Rudy Gobert peut passer à autre niveau, à moi de continuer à progresser."

L'objectif titre avec le Jazz

"Pour les matchs de saison régulière, l’objectif est d’en gagner le plus possible pour avoir la meilleure position en playoffs, et ensuite le but c’est de viser le titre. On ne veut pas viser plus bas. On sait que la route est longue, mais on veut battre toutes les équipes en face de nous, même si ça ne sera pas facile. Les Lakers, les Clippers et Milwaukee sont les trois favoris, mais je pense que beaucoup de choses peuvent se passer. L’équipe qui aura la meilleure dynamique et la meilleure cohésion augmentera ses chances d’aller au bout." 

Les journées dans la bulle de Disney World

"Il y a pas mal d’activités, on peut aller golfer, faire du bowling, pêcher, partir en bateau… Pour ma part je passe beaucoup de temps dans ma chambre pour lire, me reposer, jouer aux jeux vidéo. Avec le confinement j’ai commencé à streamer, Vincent Poirier aussi, et on prend vraiment du plaisir à faire ça. Je m’étais dit que je continuerais à Orlando, et c’est le cas. (...) J’ai pas mal d’amis dans la Ligue, l’un des aspects cool de cette bulle c’est de pouvoir croiser des joueurs d’autres équipes. Je passe pas mal de temps avec Vincent, là on va aller se faire un petit dîner avec tous les Français. C’est sympa d’interagir entre potes." 

>>> Evan Fournier raconte sa vie dans la bulle

La découverte de la salle à huis clos

"Les sensations sont bonnes. Le fait de ne pas avoir de public, ça fait bizarre au début, mais dans notre vie on a tous joué dans une salle où il y a deux personnes (rires)… Je pense que la NBA a fait du bon boulot à ce niveau-là, on va pouvoir avoir un public virtuel, ma mère et ma sœur seront là en live sur des écrans, ça rend les choses un peu plus sympas pour les joueurs. Ça me fait grave penser à Black Mirror (une série d'anticipation, ndlr). Le problème, c’est que les épisodes de Black Mirror se finissent toujours mal. J’espère que celui-là se finira bien." 

Son message contre le racisme

"Dans le dos de mon maillot j’ai décidé de faire inscrire "Equality", ce qui signifie égalité. C’est un mot qui est puissant. Même si on a déjà fait beaucoup de chemin dans notre société, je pense toujours que des gens ne sont pas traités de la même manière que d’autres à cause de leur religion ou de leur couleur de peau. Le but c’est qu’on progresse à ce niveau-là en tant qu’êtres humains." 

Sa quête d’un troisième titre de meilleur défenseur

"C’est mon but d’être le meilleur défenseur chaque année, je me considère personnellement comme le défenseur le plus impactant au monde, pour moi il n’y a pas de doute à ce niveau-là. Après c’est vrai que beaucoup de choses se sont passées, le dernier mois de la saison a été supprimé alors que je hissais mon niveau de jeu chaque année à ce moment-là. Et les huit matchs qui arrivent ne vont pas compter pour les votes. On verra." 

Les Jeux de Tokyo 2020

"Les Jeux, c’est un rêve, on a travaillé dur pour se qualifier et on a tous envie de participer, mais là on est concentrés sur la reprise de la saison NBA. En espérant que les JO auront lieu l’année prochaine."

Son avenir au Jazz (ou ailleurs)

"Je peux signer une extension de contrat en octobre. Mon but c’est de gagner des titres, et c’est vrai que j’aime beaucoup ce qu’on a construit avec le Jazz depuis que j’ai été drafté (en 2013). Un titre avec l’équipe aurait une valeur énorme pour moi, ça serait une belle histoire, un accomplissement génial. C’est la chose pour laquelle on travaille tous les jours depuis que je suis en NBA. On a progressé, j’espère qu’on va y arriver."

Propos recueillis par Cyril Méjane