RMC Sport

Giro (20e étape): Caruso chahute Bernal, Bardet se rapproche au général

Romain Bardet et Damiano Caruso, deuxième du classement général, ont mis la pression sur Egan Bernal lors de cette dernière étape de montagne. Mais le Colombien reste en rose à la veille du contre-la-montre final.

"Take the risk or lose the chance", c’est la devise de Romain Bardet, qui s’inscrivait même un temps sur le cadre de son vélo. Lors de cette 20e étape du Giro, le Français l’a suivie à la lettre. A plus de 50 kilomètres de l’arrivée, dans une descente humide, Bardet est sorti en compagnie de deux coéquipiers. Face à ses talents de descendeur, un seul des favoris est parvenu à le suivre: Damiano Caruso, lui aussi chaperonné par un lieutenant.

Le Français avait deux objectifs en lançant les hostilités alors qu’il restait encore deux ascensions avant l’arrivée: remporter l’étape, sa première sur le Giro, et effectuer un rapproché au classement général. A l’arrivée à l’Alpe Motta, il n’a pas gagné et ses efforts n’ont pas été très bien payés, mais il a quand même repris une poignée de secondes à quasiment tous ses adversaires du général.

Bardet remonte mais devrait perdre du temps dimanche

Le vainqueur du jour, Damiano Caruso, a lui conforté sa deuxième place derrière Egan Bernal. Un temps, l’Italien a même cru pouvoir renverser la course, lorsque le peloton des favoris pointait à quasiment une minute. Mais l’équipe Ineos a tenu la baraque, grâce à Salvatore Puccio, Gianni Moscon, Jonathan Castroviejo et surtout Daniel Felipe Martinez, qui a porté son leader.

Dans la montée finale, Bernal a lâché un par un tous ses concurrents et terminé deuxième de l’étape, derrière le seul Caruso. Ceux qui pensaient le faire vaciller ont compris qu’il n’y avait rien à faire. Le Colombien n’a pas voulu prendre de risques démesurés en descente mais il était intouchable en montée. Au général, son maillot rose tient encore solidement, avec 1’59 d’avance sur Caruso.

Le contre-la-montre final de demain, entre Senago et Milan, ne devrait pas faire douter Bernal. Romain Bardet, lui, remonte à la cinquième place du général grâce à son entreprise du jour. Le Français aura toutefois beaucoup de mal à conserver cette place dimanche puisque Martinez, Carthy et Almeida, qui le suivent au classement, sont de meilleurs rouleurs que lui. Preuve que le panache ne paie pas toujours.

Robin Wattraint Journaliste RMC Sport