RMC Sport

JO de Tokyo: déçu, Voeckler comprend et respecte la défection d'Alaphilippe

Julian Alaphilippe a confirmé ce vendredi qu'il ne participerait pas aux Jeux olympiques de Tokyo cet été. S'il est forcément déçu de ne pas pouvoir compter sur son atout numéro un, le sélectionneur de l'équipe de France, Thomas Voeckler, indique à RMC Sport qu'il respecte son choix.

Il sait qu’il perd sa "meilleure carte", et l'un des principaux favoris. Auprès de RMC Sport, Thomas Voeckler, le sélectionneur de l'équipe de France de cyclisme, assure qu’il comprend la décision de Julian Alaphilippe de faire l’impasse sur les Jeux olympiques de Tokyo et la course sur route programmée le 24 juillet prochain.

"C’est une déception, bien sûr. Je ne l’ai pas appris aujourd’hui. Il m’avait fait part dès le mois de mars de cette éventualité de ne pas être candidat à une sélection. On aurait préféré pouvoir compter sur lui, mais je respecte parfaitement sa décision. On aura malgré tout des ambitions et une belle équipe de France. Ce serait mentir de dire que je n’ai pas essayé de lui faire changer d’avis. Mais on commence à bien se connaître, j’ai entendu et compris ses explications. J’ai compris qu’il était inutile d’insister et qu’il fallait tout simplement respecter son choix", explique Voeckler.

"Pas pareil avec ou sans Julian"

Selon le quotidien L’Equipe, le retrait du champion du monde en titre, vainqueur cette année de la Flèche Wallonne, s'expliquerait par la naissance de son premier enfant prévue pour le mois de juin. Il aurait même songé à zapper le Tour de France (26 juin-18 juillet), avant de se raviser devant l’insistance de Patrick Lefévère, le patron de l’équipe Deceuninck-Quick Step.

"Ce n’est pas à moi de disserter sur les motifs qui l’ont amené à ne pas être candidat à une sélection. S’il a envie d’en parler, il le fera. La déception est grande qu’il ne soit pas avec nous pour les JO, mais on va s’adapter. Bien entendu, il va manquer. Il est évident qu’une équipe de France à Tokyo avec ou sans Julian, ce n’est pas forcément la même ossature, pas les mêmes objectifs, pas la même manière de courir ou pas les mêmes coureurs appelés. Ce n’est pas pareil avec ou sans Julian. Mais j’ai du temps pour travailler sur le sujet", précise Voeckler.

Quatrième de l’épreuve en ligne lors des Jeux de Rio en 2016, qui avait vu le Belge Greg Van Avermaet s'imposer devant le Danois Jakob Fuglsang, Alaphilippe cherchera peut-être à se rattraper en 2024, à domicile. En attendant, il a fait savoir sur ses réseaux sociaux que son programme pour la fin de cette saison était bouclé. Il comprendra notamment la défense de son titre mondial, en Belgique, en septembre.

RR avec Morgan Maury