RMC Sport

Paris-Roubaix: Michael Goolaerts a succombé à un arrêt cardiaque confirme l'autopsie

Michael Goolaerts

Michael Goolaerts - AFP

Le cycliste belge, décédé dimanche quelques heures après sa chute lors de Paris-Roubaix, est bien mort à cause d'un arrêt cardiaque. Telle est la conclusion de l'autopsie réalisée. Le décès de Goolaerts est "lié à un malaise cardiaque et en aucun cas à sa chute", affirme le parquet.

Trois jours après le drame, le parquet de Cambrai a révélé les conclusions de l'autopsie demandée après la mort de Michael Goolaerts lors de la course Paris-Roubaix. Rémy Schwartz, le procureur de la République, s'est exprimé auprès de l'AFP. "L'autopsie a confirmé l'hypothèse privilégiée, un décès lié à un malaise cardiaque et en aucun cas à sa chute", a-t-il déclaré.

Le malaise cardiaque "a entraîné sa chute"

"Il a fait un malaise sur le vélo, son coeur s'est arrêté, ce qui a entraîné sa chute", a-t-il ajouté. Goolaerts avait été retrouvé inanimé sur le 2e de 29 secteurs pavés de la course. Héliporté à un hôpital de Lille, le Belge est décédé dans la soirée, entouré de ses proches. D'autres éléments expliquant sa mort sont encore attendus. "La procédure de recherche des causes de la mort doit être prolongée par des examens complémentaires, toxicologiques et anatomo-pathologiques, pour avoir l'origine de ce malaise", a expliqué Rémy Schwartz.

Ce mercredi, un hommage a été rendu à Michael Goolaerts lors de La Flèche Brabançonne. Ses coéquipiers de Vérandas Willems-Crelan avaient décidé de participer à cette course. Ils portaient, comme de nombreux autres coureurs, un brassard noir floqué du mot "Goolie", le surnom de Goolaerts.

VIDEO >> Vive émotion dans la ville de Michael Goolaerts, décédé dimanche lors du Paris-Roubaix

N.B avec AFP