RMC Sport

Tour de France: l'ostéopathe de Bahrain Victorious estime que les suspicions sont "injustes"

Ostéopathe français de la formation Bahrain Victorious, Barnabé Moulin s'est confié ce samedi à Ouest France, trois jours après les perquisitions qui ont visé l'équipe. Au lendemain de la victoire de Matej Mohoric, le membre du staff regrette le climat de suspicion.

Dans un climat de suspicion, Matej Mohoric s'est imposé ce vendredi lors de la 19e étape du Tour de France. Au moment de célébrer son succès, après un raid de 25 kilomètres en solitaire, le Slovène a fait un geste comme pour indiquer à tout le monde de se taire.

En cause: les perquisitions qui ont visé l'équipe Bahrain Victorious, où évolue Matej Mohoric, qui a gagné deux étapes cette année, ce mercredi soir. Les enquêteurs de l’Office Central de Lutte contre les Atteintes à l’Environnement et la Santé Publique (OCLAESP) se sont rendus à l'hôtel de la Bahrain Victorious pour fouiller les chambres des coureurs et des membres du staff.

"Si on avait deux Bretons au même niveau, on ne se poserait pas la question"

Parmi les personnes concernées, un ostéopathe français, Barnabé Moulin. Dans un entretien à Ouest France ce samedi, il est revenu sur cette intrusion. "Ça a été la surprise, avec un peu d’agacement parce qu’on sortait d’une grosse étape et qu’on arrivait super tard à l’hôtel, a confié Moulin. Et le lendemain, il y avait encore une grosse étape qui nous attendait. Ils savaient qu’il n’y aurait pas de massage, certains n’ont pas pu manger comme prévu à l’heure prévue, ça a été une collation dans un sac papier dans la chambre, jusqu’à minuit et demi pour eux. C’était très perturbant…"

Si Matej Mohoric a eu le sentiment d'avoir été "traité comme un criminel" et estime qu'il n'a "rien à cacher" comme ses coéquipiers, la victoire du Slovène n'a pas manqué de susciter des polémiques, surtout après son geste sur la ligne d'arrivée. "Dès que quelqu'un gagne, c'est suspect. Surtout dans ce pays, habitué à ça, on a tous les ans la même chose sur le Tour de France. Mais quand on regarde en détail... Pour les côtoyer, je sais ce qu'ils font, je sais qui ils sont. C'est proprement injuste de les considérer comme ça, a estimé Barnabé Moulin. La Slovénie, c'est grand comme la Bretagne, c'est à peu près la même population. Si on avait deux Bretons au même niveau, on ne se poserait pas la question."

GL