RMC Sport

Tour de France: Pinot a vécu "l'une des pires journées" de sa carrière

Victime d'une chute dans le final de la première étape du Tour de France ce samedi, Thibaut Pinot a reconnu avoir vécu "l’une des pires journées" de sa carrière. Le leader de la formation Groupama-FDJ a eu l'impression de rouler "sur du verglas".

Les mots sont forts. Tombé ce samedi lors de la première étape du Tour de France, Thibaut Pinot a laissé de côté la langue de bois au moment de se confier sur cette journée galère. "C’était difficile, sûrement l’une des pires journées de ma carrière. Tout le monde a eu peur", a réagi à l’arrivée le leader de la Groupama-FDJ.

Remportée par le Norvégien Alexander Kristoff (UAE Emirates), cette étape disputée autour de Nice a été marquée par une succession de chutes. La pluie a transformé la route en véritable patinoire par endroits et a rendu la chaussée particulièrement grasse, après de longues semaines sans grosse averse sur la Côte d'Azur.

"C’est clairement comme si on roulait sur du verglas. Je pense qu'on ne peut pas comprendre devant la télé. Sur le vélo, c'était vraiment stressant. C'était l'une des journées les plus stressantes de ma carrière. Les coureurs tombaient même lorsque la course était neutralisée", a souligné Pinot, en référence à ce moment où l’Allemand Tony Martin (Jumbo-Visma), fort de son expérience, a incité le peloton à rouler plus calmement dans les 50 derniers kilomètres.

Une initiative forte, qui n’a malheureusement pas empêché Pinot de goûter au bitume. Principale chance française pour le classement général, le Franc-Comtois de 30 ans a été pris dans une chute massive dans le final, peu après avoir passé la banderole des trois kilomètres.

Trois de ses équipiers ont également chuté

Le maillot déchiré au niveau de l'épaule droite et le regard noir, il franchi la ligne d’arrivée avec quatre minutes de retard sur Kristoff, mais a été reclassé dans le même chrono que le peloton. Les temps avaient été neutralisés par le jury des commissaires aux trois kilomètres. "Cela fait partie de la course. Il a évité les chutes jusqu'aux trois bornes. Puis, ça a dû se mettre en travers et il a été pris. Il va comme un garçon qui vient de faire une chute. Il était agacé, énervé. Mais, avec une bonne nuit de récupération, ça devrait rentrer dans l'ordre", a commenté Marc Madiot, manager de Groupama-FDJ.

En plus de Pinot, qui avait été contraint à l’abandon l’an dernier à deux jours de l’arrivée sur les Champs-Elysées, Valentin Madouas, David Gaudu et William Bonnet ont également chuté lors de cette première étape. "Ils se sont montrés rassurants à leur retour au bus. Nous restons évidemment vigilants quant à l'évolution de leurs blessures", a indiqué leur équipe. 

RR