RMC Sport

Tour de France: pourquoi Bardet peut encore (un peu) y croire  ?

Romain Bardet

Romain Bardet - AFP

Avant l’étape finale sur les Champs-Elysées, le Tour de France s’offre un dernier contre-la-montre à Marseille samedi. Christopher Froome ne devrait pas être menacé. Mais qui sait ? Et si Romain Bardet rendait l’impossible possible ? Nous avons imaginé l’impensable.

Avec seulement quatre secondes grignotées dans les Alpes, Romain Bardet (AG2R) n’est pas parvenu à renverser Christopher Froome (Sky). Le Britannique conserve sa petite marge d’avance, et la 19e étape ce vendredi n’a rien modifié : le Maillot jaune conserve ses 23 secondes d’avance sur le Français.

De l’avis général, ce Tour de France 2017 est joué. Froome est supérieur à Bardet et Uran en contre-la-montre et il ne devrait pas être inquiété à Marseille. Et la coutume veut que l’ultime étape sur les Champs soit l’occasion de fêter le vainqueur et de laisser les sprinters se disputer la dernière victoire. Mais dans le sport, tout peut arriver, comme dit le vieil adage. Et Romain Bardet a encore une occasion à jouer pour s’emparer du maillot jaune.

Froome n’est pas à l’abri d’une chute

Tant que la ligne d’arrivée n’est pas franchie, rien n’est joué. Et ce n’est pas parce qu’on a déjà remporté la Grande Boucle trois fois qu’on est à l’abri. Une chute, une défaillance, un souci technique peuvent toujours détruire le rêve de Froome. Evidemment, en cas de chute, la victoire aurait un goût amer pour Bardet… Le contre-la-montre n’est pas sans risque. Lors de celui du 1er juillet à Düsseldorf, Alejandro Valverde a lourdement chuté.

Froome, qui n’a pas encore remporté d’étape cette année, rejette tout triomphalisme et prône un sérieux absolu à Marseille : "Je vais tout bien faire, je ne vais pas y aller pour prendre des risques inconsidérés. Quand je pourrai pousser, je pousserai, mais ce n’est certainement pas une étape où je vais tout risquer." On n’est jamais trop prudent, surtout quand on est menacé.

Poussé par le Vélodrome, Bardet peut réaliser le chrono de sa vie

Romain Bardet est moins fort que Christopher Froome en contre-la-montre. Mais Romain Bardet est, avec Warren Barguil, le chouchou des spectateurs français. Et il sera très soutenu, à Marseille, pour l’avant-dernière étape. La ville attend 300 000 spectateurs dans les rues, et le Stade Vélodrome sera plein à craquer.

Avec 67 000 spectateurs survoltés, le stade peut se transformer en volcan et porter Bardet bien au-delà de ses limites. Dans un tel contexte, avec un Romain Bardet déchaîné et un Chris Froome peut-être moins bien, le rêve n’est pas interdit.

L’écart entre les deux hommes n’a jamais été aussi faible

En 2016, Froome l’avait emporté en terminant avec plus de 4 minutes d’avance sur son dauphin Bardet. Un an plus tard, le Britannique est encore devant, mais il est bien moins dominateur, tandis que son cadet a beaucoup progressé. Dans les montagnes, le Français a tenu la dragée haute et a même bousculé le leader à Peyragudes. Au classement général, il n’y a que 23 secondes de différence. Bref, l’écart existe toujours, mais il s’est considérablement réduit.

Chris Froome ne tremble pas, mais il sait qu’il n’a pas le droit à l’erreur : "Il faut que je ne perde pas la course (à Marseille). Il ne faut pas la gagner mais ne pas la perdre. Il faudra tout laisser sur la route, et après on verra. C’est très serré entre les trois premiers. La course est loin d’être finie."

Romain Bardet, qui a toujours le souffle de Rigoberto Uran (Cannondale) dans sa nuque, est prêt pour disputer un dernier "combat loyal, d’homme à homme". "Il n’y a pas à réfléchir. Il faut aller à fond, ne pas se poser de question", martèle-t-il. Rendez-vous sur la ligne d’arrivée au Vélodrome.

A lire aussi >> Tour de France: "Il n'y a plus à réfléchi", annonce Bardet

A lire aussi >> Tour de France: la Sky aura son vortex à Marseille, mais pas Froome